L’église Notre-Dame de Pencran dans le Finistère est classée monument historique depuis 1990. Elle possède un porche richement décoré.

Mise à jour le 30/11/2022.

Des informations sur l’église de Pencran

Logo monunents historiques Classé aux monuments historique le 09/10/1990
Consulter la fiche Mérimée de ce monument
Dénomination : Église
Titre courant : Église Notre-Dame
Date : 1365 et XVIe-XIXe siècles
Matériau : Granit
Département : Finistère
Arrondissement : Brest
Canton : Landerneau
Commune : Pencran
Gorréquer, 29800 Pencran
Position : 48.436917, -4.2354443

L’église Notre-Dame de Pencran

Cette église de plan rectangulaire, qui compte cinq travées, fait partie d’un enclos dont le mur d’enceinte est percée de sept entrées. La chapelle, qui date de 1365,a subit plusieurs transformations. En 1550, une porte et une fenêtre de l’église sont percées afin d’apporter un surcroît d’éclairage à la nef. Le clocher est ensuite partiellement reconstruit par Michel et Olivier Callac et Jean Le Moing en 1606comme L’atteste l’inscription gravée dur la façade sud. En 1718, à la suite des dégâts occasionnés par la foudre, François Gourvès le rehausse et double la chambre de cloches. La foudre frappe une nouvelle fois le clocher en 1833, sa restauration ayant lieu aussitôt. À l’intérieur, les sablières portent seize masques aux figures d’hommes cornus et barbus dans un décor végétal.

Cloche

1365
Fondeurs : Daniel et Roger
Bronze

Selon l’inscription qu’elle porte, cette cloche, baptisée Marie, est fondue à Courtrai (Belgique) en 1365. Elle provient donc sans doute de l’église primitive.

Porche

Porche de l'église Notre-Dame de Pencran.
Porche de l’église.

1553
Kersantite

La date de construction de ce porche de style flamboyant, est attestée par une pierre portant la date de 1553. Les niches abritent les statues de la Vierge, Notre-Dame de pitié, sainte Suzanne et sainte Anne, tandis que les voussures et piédroits sont ornés de scènes biblique. Celles-ci se lisent de façon chronologique en passant alternativement de gauche à droite et du bas vers le haut. Elles représentent Adam et Eve tentés par le Serpent, le sacrifice de Caïn et Abel, saint Luc et saint Jean, saint Mathieu, saint Marc. Noé cultivant la vigne et dans son arche, le meurtre d’Abel et, enfin, Adam et Eve chassés du paradis terrestre. Sur l’arc en plein cintre, les anges sont tour à tour adorateurs ou musiciens, et au-dessus, une Vierge couronnée porte l’Enfant Jésus. Au fond du porche, deux portes voûtées en accolade, séparées par un bénitier à godrons supporté par un trumeau, s’ouvrent sur la nef.

Les apôtres

1553
Kersantite
Porche

Disposées dans des niches de chaque côté du porche, ces statues des douze apôtre étaient autrefois recouvertes d’un enduit polychrome. Chacun d’eux porte une banderole, dont les inscriptions sont désormais indéchiffrables. Le dais des niches est de style flamboyant, excepté celui de la première, qui est de style Renaissance.

L’annonciation

XVe siècle
Kersantite polychrome
Nef

Cette statue représente Marie avec sa couronne de pierre et un livre. Devant elle, du feuillage s’élève d’un vase et une banderole porte l’inscription « Ecce ancilla domini », « Voici la servante du seigneur ».

Descente de Croix

1517
bois polychrome

Abrité dans une niche à dais sculpté, cet ensemble est composé de onze personnages. Au premier plan, la Vierge tient son Fils sur ces genoux, saint Jean et Marie Madeleine portent respectivement la tête et les pieds du Christ. Derrière, les saintes femmes, Joseph d’Arimathie et Nicodèle sont accompagnés de deux serviteurs, dont l’un porte la couronne d’épines.

Sainte Apolline

Statue de sainte Appoline dans l'église de Pencran.
Statue de sainte Appoline.

1555
Sculpteur : Henry Prigent
Kersantite polychrome

Sainte Apolline est la deuxième patronne de l’église de Pencran. Elle est représentée portant une de ses dents dans une tenaille. En effet, la légende raconte que la sainte eut les dents arrachées avant d’être brûlée vive à Alexandrie en 249.

Couronne d’ostensoir et écrin

1771
Maître orfèvre : François-René Poullain
Argent, pierres et cuir

Réalisée par un artisan de Brest, cette couronne était destinée à coiffer la croix d’un ostensoir. Le coffret en cuir frappé aux petits fers abrite toujours un billet écrit par François Scouarnec, prêtre de Pencran.

Ciboire

Fin du XVIIIe siècle
Maître orfèvres: Sébastien et Benjamin Febvrier
Argent

Simplement ornée sur son pied d’une frise de feuilles d’acanthes, cette pièce d’orfèvrerie porte deux poinçons, ceux de Sébastien et Benjamin Febvrier, fils de Laurans, marchand orfèvre à Landerneau, et de Françoise-Nicole Denis. Le ciboire est vendu par Sébastien Febvrier en 1782 au curé de la commune, G. Scouarnec.

Ossuaire

1594
Microgranit de Logonna
Enclos paroissial

De style Renaissance, cet ossuaire comprend sept baies en plein cintre surmontées de niches séparées par des colonnes ionique. L’inscription « Chapel da san itrop ha karnel da lakat eskern an pobl », « Chapelle de Saint-Eutrope et charnier pour mettre les os du peuple », est gravée sur la porte. Le bâtiment est restauré en 1716 par G. Berthelé et G. Madec. Comme celui de Landerneau, il a connu diverses affectations : mairie, école, lieu d’habitation pour le sacristain siècle et bureau de tabac au début du XXe siècle. Les ossuaires, appelés en breton craou an eskern, crèche aux os, servaient principalement à recevoir les ossements les plus anciens, exhumés des cimetières par manque de place. Des veillées funèbres et certaines messes pouvaient s’y dérouler.

Le Cavaire

Le calvaire dans le cimetière de l'église de Pencran.
Le calvaire du cimetière.

1521
Kersantite
Cimetière

Ce calvaire est composé d’un fût central à pans avec double croisillon et de deux fûts latéraux, qui supportent les croix des larrons, reposant sur les piliers de l’entrée nord. Cette disposition vaut à l’entrée du cimetière la dénomination de Porte aux trois croix. Une inscription indique que le calvaire est érigé en 1521 à la demande de Jean Le Cam, Yves Le Jeune et Yvon Cras, procureurs de la chapelle Notre-Dame. Sur les premier croisillon, outre les angelots, les statues géminées de sainte Marie Madeleine et saint Yves, et de saint Jean et saint Pierre, encadrent une pietà de Yan Larc’hantec. Sur le second, deux cavaliers encadrent le Christ, Marie Madeleine est au pied de la croix. Un moulage de ce calvaire, effectué en 1934 est déposé au musée des Monuments français du palais de Chaillot à Paris.

Visite virtuelle de l’église de Pencran

Une visite virtuelle de l’église Notre-Dame de Pencran. N’hésitez pas à mettre en plein écran pour profiter de la visite.

Articles annexes

Vignette de la commune de Pencran dans le Finistère.

Découvrez la commune de Pencran avec son histoire et son patrimoine.
Lire la suite …

Catégories : ÉgliseFinistère