Kersaint-Plabennec est une commune rurale du département du Finistère (29). Elle se situe à 16km au nord-est de la ville de Brest.

Mise à jour le 05/08/2022.

Des informations sur Kersaint-Plabennec

Département : Finistère
Arrondissement : Brest
Canton : Plabennec
Intercommunalité : CC du pays des Abers

Pays historique : Le Léon
Pays traditionnel : Le Bas-Léon

Gentilé : Kersaintais, Kersaintaises
Population : 1 495 hab. (fleche verte 2019) – 1 447 hab. (2017)
Superficie : 11,95 km²
Densité : 125 hab./km²

Adresse : Mairie de Kersaint-Plabennec – Place de la Mairie – 29860 Kersaint-Plabennec
Site internet : www.kersaint-plabennec.fr/

Communes limitrophes : PlabennecLe DrennecPloudanielSaint-ThonanSaint-DivyGuipavas

Quelques cartes
Carte de la Bretagne Carte du département du Finistère (29) en Bretagne. Carte du département du pays historique du Léon en Bretagne.
fleche verte Voir toutes les cartes.

Toponymie de Kersaint-Plabennec

Le nom de la localité est attesté en 1793 sous Kersain Plabennec. Il s’agit d’un démembrement de la paroisse primitive de Plabennec.
En breton, Kersaint signifie le village des saints, cela vient certainement des moines, qui sont venus de la Bretagne insulaire en Armorique à la suite de saint Ténénan dès le IVe siècle en Armorique.
En breton, la commune se nomme Kersent-Plabenneg

Histoire de la commune de Kersaint-Plabennec

Plusieurs tumuli de l’âge du bronze s’élevaient sur le territoire de Kersaint, dont l’un de 50 mètres sur 2, qui abritait la tombe d’un enfant. Un trésor de monnaies gauloises osismes découvert au Quinquis et la présence de fragments de tuiles à Saint-Elven témoignent de la continuité du peuplement.

Le centre paroissial a été déplacé de Kersaint-Goz, où se trouve l’ancienne chapelle Notre-Dame de Lanvélar, vers le lieu où se trouvait la chapelle Saint-Michel.

Malgré la proximité de Brest, la Révolution ne bouleverse pas beaucoup la vie de la paroisse. Le recteur, M. Le Goff, et son vicaire, M. Kéruzoré, refusent de prêter serment, et l’église reste constamment ouverte. Le 10 mars 1790, Guillaume Kerouanton est élu maire, Jean Kerboul procureur, et Kersaint devient commune du canton de Guipavas et du district de Brest. Le village compte alors huit cents habitants.

En 1840, une partie de l’économie dépend des quatre moulins à eau qui bordent l’Aber-Benoît. Mais ils ferment peu à peu, et l’agriculture devient la principale source de revenus de la commune.

Le clocher de l'église Saint-Étienne de Kersaint-Plabennec
Le clocher de l’église Saint-Étienne de Kersaint-Plabennec (29). Carte postale du début des années 1900.

Situation géographique

Catégories : Non classé