L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Lannilis dans le Finistère succède à deux édifices précédent dont le plus ancien date de 1516. L’église est remarquable avec son orgue datant de 1851.

Des informations sur l’église de Lannilis

Date : 1774-1876
Architecte : Joseph et Gustave Le Bigot
Matériau : Granit
Département : Finistère
Arrondissement : Brest
Canton : Plabennec
Commune : Lannilis
Adresse : Place du Maréchal-Leclerc, 29870 Lannilis
Position : 48.569626, -4.521834

L'église de Lannilis dans le Finistère.
L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Description de l’église de Lannilis

L’église fut précédée de deux autres édifices. Le plus ancien, mentionné en 1516, est fermé au public en 1767 à cause de sont état de délabrement. Le deuxième est consacré en 1775 mais, devenu trop exigu, est rebâti à la fin du XIXe siècle. Seul le clocher, de 1774, a été conservé. Il est l’œuvre du maître maçon François Cornou de Saint-Renan, d’après les plans de l’abbé Hardy. La nouvelle église est de style roman. Elle possède une nef et un transept élevés, et un déambulatoire ouvert sur trois chapelles rayonnantes. Les chapiteaux des piliers sont sculptés de motifs variés. Un nouveau maître-autel orné de bas-reliefs sur plaques d’ardoise est consacré le 5 février 1956.

Notre-Dame de Trobérou

XVIe siècle
Kersantite

Cette vierge gothique est placée dans l’église suite à la ruine de la chapelle Notre-Dame de Trohérou. Au XVIIe siècle, cette chapelle fait l’objet de riches donations du seigneur de Kerbabu, Ollivier de Bellingant. Il la fait agrandir en 1651 et obtient de l’évêque de Laval l’autorisation d’y bénir un cimetière et d’y célébrer des enterrements, privilège habituellement réservé à l’église paroissiale. En 1654, il fonde à Trobérou une grande-messe, ôtant ainsi sa primauté au sanctuaire de Lannilis. Entre 1767 et 1776, la chapelle finit par remplacer l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul lors de sa reconstruction.

Sainte Jeanne d’Arc et l’Assomption

Vitraux de l'église de Lannilis dans le Finistère.
Vitraux de Jeanne d’Arc et de l’Assomption

XIXe siècle
Maître verrier : E. Hirsch
Vitrail

Ces deux vitraux compte parmi les soixante-douze verrières de l’église. Placés au transept gauche, ils sont avec les saint Yves et saint Louis du transept droit, les seules œuvres à ne pas avoir subit de restauration. Les autres vitraux à personnages ont été réalisés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par E. Hirsch, le Morlaisien J.L. Nicolas et J.-P. Gragant. Quant aux œuvres non figuratives, bien plus récentes, elles sortent des ateliers Baladi Budet, de Quintin (Côtes d’Armor).

Grandes orgues

Orgue de l'église de Lannilis.
Orgue

1850-1851
Facteur : Heyer
Bois sculpté

Adossé au mur du clocher, ce buffet d’orgue est l’œuvre d’un artisan polonais, facteur d’orgues à Quimper. En 1850, la paroisse lui passe commande d’un instrument de dix-neuf jeux, soit 1 102 tuyaux. L’objet, livré dans les délais prévus, est inauguré le 14 septembre 1851. Il est restauré en 1944 par Bouvet. Les statues en bois de sainte Cécile et du roi David, qui décoraient le buffet à l’origine, sont désormais conservées à la sacristie.

Bannière de saint Pierre

Fin du XIXe siècle
Tissu brodé

L’originalité et la valeur de cette bannière tiennent dans les trois petits médaillons peints sur cuir qui encadrent la figure du saint. Ils ont, pour deux d’entre eux, été réalisés d’après les cartons de Raphaël, à qui le pape Léon X avait commandé dix tentures inspirés des Actes des Apôtres pour la chapelle Sixtine. Les cartons, après avoir servi de modèles au tissage des tapisseries exécutées à Bruxelles, furent prêtés à d’autre ateliers. Les deux médaillons peints d’après Raphaël illustrent des épisodes de la vie de saint Pierre : sa conversion et la remise des clefs. Le troisième représente la marche du Christ sur les eaux.

Reliquaire

XVe siècle
Argent

Ce coffret pédiculé recèle les reliques de saint Illuminat, dont le corps était conservé, avant la Révolution, dans la chapelle du château de Kerouartz.

Ostensoir

1664-XIXe siècle
Orfèvre : Jacques Buchet
Argent (H. : 55cm)

Une inscription gravée au pied de l’ostensoir, en explique la provenance : « don faict à l’archiconfrairie du saint Sacrement érigée en l’église paroissiale de Lannilis, évesché de Léon par Haute et puissante Dame Catherine du Lys, douairière de Kerouartz, 1664. »

Boîte aux saintes huiles

Fin du XVIIe siècle
Orfèvre : Jean Nicol
Argent forgé

Cette boîte, poinçonnée par un maître orfèvre de Brest, renferme l’huile bénite, réservée à l’administration des sacrements du baptême, de la confirmation, de l’ordination des prêtre et de l’extrême-onction.

Visite virtuelle de l’église de Lannilis

Une visite virtuelle de l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Lannilis. N’hésitez pas à mettre en plein écran pour profiter de la visite.

Articles annexes

Commune de Lannilis.
Commune de Lannilis.

Découvrez la commune de Lannilis avec son histoire et son patrimoine.
Lire la suite …

Catégories : ÉgliseFinistère