Lannilis est une commune du département du Finistère. Située à 23km au nord de Brest, elle est insérée entre l’Aber-Benoît et l’Aber-Wrac’h.

Mise à jour le 05/08/2022.

Des informations sur Lannilis

Département : Finistère
Arrondissement : Brest
Canton : Plabennec
Intercommunalité : CC du Pays des Abers

Pays historique : Le Léon
Pays traditionnel : Le Bas-Léon

Gentilé : Lannilisiens, Lanilisiennes
Population : 5 672 hab. (fleche verte 2019) – 5 592 hab. (2017)
Superficie : 23,52 km²
Densité : 241 hab./km²

Adresse de la Mairie : 19 Rue de la Mairie, 29870 Lannilis
Site internet : www.lannilis.bzh

Communes limitrophes : PlouguerneauKernilisPlouvienTréglonouPlouguinSaint-PabuLandéda

Quelques cartes
Carte de la Bretagne Carte du département du Finistère (29) en Bretagne. Carte du département du pays historique du Léon en Bretagne.
fleche verte Voir toutes les cartes.

Toponymie de Lannilis

La nom de la localité est attesté en 1330 sous la forme Lanna Ecclesiae
Le nom de Lannilis vient de l’ancien breton lann, ermitage et de iliz, église.
Lannilis voudrait donc dire le « lieu consacré » ou l’« ermitage de l’église », sous-entendu près de ou lié à l’église.
En breton, la commune se nome Lanniliz.

Histoire de la commune de Lannilis

Fréquenté depuis le Paléolithique, le territoire de Lannilis l’a été aussi à l’âge du bronze, comme en atteste près d’une dizaine de tumulus. Cette occupation s’est densifiée à l’âge du fer et à l’époque romaine.

L’arrivée des bretons s’accompagne de la fondation d’une grande paroisse baptisée Ploudiner, du breton plou, paroisse, et du nom d’un saint breton obscur. Lannilis en étant le chef-lieu.

Au début du XIVe siècle, Ploudiner éclate en trois entités : Lannilis, Landéda et Brouénnou – cette dernière ayant depuis disparu. Dès 1330, Lannilis possède son propre recteur, Me Even Bohic, membre d’une riche famille de juristes. À la fin du XIVe siècle, le nom de Lannilis supplante celui de Ploudiner.

Les deux grandes familles léonardes du Châtel et de Kermarvan – ou Carman – se partagent dès lors les juridictions de la paroisse, tandis que les seigneurs de Kerouartz et de Bellinant régentent la vie locale.

La fin du XVIIIe siècle voit l’ascension d’une nouvelle famille, celle des Kerdrel. Au XIXe siècle, Lannilis vit l’apogée d’un artisanat développé de longue date par des potiers de la Poterie et les tisserands de Kerveur.

Paroisse rurale, elle attire surtout par ses foires du mercredi, dont l’animation est réputée dans toute la région.

Le bourg de Lannilis avec l'église Saint-Pierre et Saint-Paul.
Le bourg de Lannilis avec l’église Saint-Pierre et Saint-Paul. Carte postale du début du XXe siècle.

Le patrimoine de Lannilis

Chapelle Saint-Sébastien de Lannilis.
Chapelle Saint-Sébastien.

La chapelle Saint-Sébastien
1641-1644
Granit

L’épidémie de peste de 1640 est la cause directe de la construction de la chapelle. La peste a alors déjà ravagée la basse Bretagne à diverses reprises, notamment en 1598, 1625 et 1626. Le seigneur de Kerbabu, Ollivier de Bellingant, et son épouse, Suzanne de Kernéac’h, lèguent alors un terrain à l’écart de la commune, afin d’enterrer les cadavres, qui infectent la population. La chapelle est dédiée à saint Sébastien, particulièrement invoqué en temps de peste. Sa construction débute le 8 février 1641 et rassemble la bonne volonté de tous les paroissiens. La façade de style renaissance est achevée en 1643, le sanctuaire béni le 17 avril 1644. Elle est par la suite restaurée en 1785 et 1819.

Blason de la commune de Lannilis

Blason de la commune de Lannilis.
Blason de la commune de Lannilis.

Description
D’azur à trois mâcles d’or.
Source : wikipedia.org







Situation géographique

Catégories : Non classé