Bodilis est une commune du département du Finistère. La commune fait partie de l’évêché du Léon. Elle possède un enclos paroissial remarquable.

Mise à jour le 09/08/2022.

Des informations sur Bodilis

Département : Finistère
Arrondissement : Morlaix
Canton : Landivisiau
Intercommunalité : CC du Pays de Landivisiau

Pays historique : Le Léon
Pays traditionnel : Le Haut-Léon

Gentilé : Bodilisiens, Bodilisiennes
Population : 1 645 hab. (fleche verte 2019) – 1 609 hab. (2017)
Superficie : 20,08 km²
Densité : 82 hab./km²

Adresse de la mairie : 10 Rue Notre Dame, 29400 Bodilis
Site internet : www.bodilis.org

Communes limitrophes : PlougarLandivisiauLoc-EguinerPloudirySaint-Servais

Quelques cartes
Carte de la Bretagne Carte du département du Finistère (29) en Bretagne. Carte du département du pays historique du Léon en Bretagne.
fleche verte Voir toutes les cartes.

Toponymie de Bodilis

Bodilis est attesté la première fois en 1486. Du breton bod « demeure », et ilis « église » ; « demeure près de l’église ».Bot an iliz, « la demeure près de l’église », (presbytére), s’est transformé en Bodiliz au fil des siècles avec la disparition de l’article défini.
La trève est aussi dénommée « Treff de Bodilis » (en 1486), « Notre Dame de Botilys » (en 1647), « Notre Dame de Botylis » (au XVIIe siècle).

Le nom breton de la commune est Bodiliz.

Histoire de la commune de Bodilis

Des traces de la préhistoire ont été identifiées en divers endroits de la commune, sous forme de buttes plus ou moins arasées, comme au Spermen à la limite de Plougar et de Plougourvest, où se sont succédé des occupants de l’âge du fer, de la période gallo-romaine, et du haut Moyen-âge. La voie romaine Carhaix – L’Aber-Wrac’h possède une bretelle partant de Saint-Servais pour rejoindre Morlaix par le nord du bourg.

Bodilis fait partie du territoire évangélisé au VIe siècle par Paul-Aurélien, disciple de saint Iltud, venu de Bretagne insulaire avec quatorze de ses compagnons. En 1429, Olivier de Kerouzoré, seigneur de Coatsabrec, obtient du duc Jean V une foire à Saint-Mathieu, Sant-Vazé en breton, le 21 septembre, fête de l’évangéliste. A cette époque, le territoire de Bodilis abrite les domaines des familles nobles comme les L’Estang, Du Dourguy, Boiséon, ou Kergolay.

Comme toute la région, Bodilis s’enrichit par l’artisanat de la toile dès le XVe siècle. Outre le lin et le chanvre, la paroisse tire ses revenus de produits tels que le cuir et le miel. En 1765, le duc d’Aiguillon, gouverneur de Bretagne, fait ouvrir une grande route, qui suit une route préexistante en la rectifiant.

En 1792, la trève de Bodilis est séparée de Plougar et devient commune. La commune perd en 1956, 257 hectares de terre au profit de Landivisiau. Puis 164 hectares supplémentaires, en 1964, lors de l’installation de la base aéronavale.

L'entré du village de Bodilis au début des années 1900.
L’entré du village de Bodilis au début du XXe siècle.

Blason de la commune de Bodilis

Blason de la commune de Bodilis.
Blason de la commune de Bodilis.

Description
Fascé de six pièces de sable et d’or, sur le tout un griffon de gueules ; au chef d’argent chargé de trois mouchetures d’hermine de sable, posées en fasce.
Détail
Bodilis, ancienne trêve de Plougar, était divisé en six cordellées : le Bourg, Mouster-Paul, Coat-Sabiec, Ninivit, le Plessix ou le Quinquis et Lambezre. Ce sont ces six divisions territoriales qui ont été symbolisées sur les armoiries par six barres horizontales, jaunes et noires, couleurs du Léon. L’origine de la trêve est le monastère que fit bâtir St Paul (Mouster-Paul), rappelé sur les armoiries par le dragon qui fut vaincu par ce vénérable personnage. Les hermines situent la commune dans la péninsule armoricaine.
Source : wikipedia.org

Situation géographique

Catégories : Non classé