Landivisiau est une commune du département du Finistère. Elle se trouve à 22 km à l’ouest de la ville de Morlaix dans le pays du Léon.

Mise à jour le 09/08/2022.

Des informations sur Landivisiau

Département : Finistère
Arrondissement : Morlaix
Canton : Landivisiau
Intercommunalité : CC du Pays de Landivisiau

Pays historique : Le Léon
Pays traditionnel : Le Haut-Léon

Gentilé
: Landivisiens, Landivisiennes
Population : 9 151 hab. (fleche verte 2019) – 9 132 hab. (2017)
Densité : 482 hab./km²
Superficie : 18,98 km²

Adresse de la mairie :
19 Rue Georges Clemenceau, 29400 Landivisiau
Site internet
: www.landivisiau.fr

Communes limitrophes : PlougourvestPlouvornGuiclanLampaul-GuimiliauLoc-EguinerBodilis

Quelques cartes
Carte de la Bretagne Carte du département du Finistère (29) en Bretagne. Carte du département du pays historique du Léon en Bretagne.
fleche verte Voir toutes les cartes.

Toponymie de Landivisiau

L’origine du nom vient de breton lan, ermitage, monastère, et de saint Tivisiau.
En breton, la commune se nomme Landivizio.

Histoire de la commune de Landivisiau

De multiples vestiges de la préhistoire ont été mis au jour sur le territoire de Landivisiau. L’agglomération paraît devoir sa naissance à la création d’un établissement monastique au cours du haut Moyen âge.

Elle reste une trève de Plougourvest jusqu’en 1792, même si la juridiction de Daoudour quitte rapidement l’ancien château du bois de Coatmeur pour s’installer au « bourg trévial ». La première mention de Landivisiau remonte à 1292. Sa juridiction couvre alors les paroisses de Plougourvest, de Plouvorn, de Guiclan, de Guimiliau, de Plougar et de Pleyber-Saint-Thégonnec, avec leurs trèves.

En plein cœur du pays toilier, Landivisiau bénéficie d’une prospérité durable. La trève souffre néanmoins de la guerre de Succession de Bretagne et de celle de la Ligue puis, en 1675, de la révolte dite du Papier Timbré.

Avec trente-sept autres communes de France, le conseil municipal refuse la constitution de l’an III, et Guillaume le Roux, avec vingt-quatre autres administrateurs du Finistère, est guillotiné le 20 mai 17894, à l’âge de 29 ans.

Au XIXe siècle, Landivisiau continue son expansion, se dotant de halles en 1821, d’un champ de foire en 1837, d’une maison d’école en 1838. Vers 1840, un plan d’urbanisme devenu nécessaire, entraîne l’arasement de plusieurs îlots de maison et le déplacement du cimetière et de l’ossuaire pour permettre la création des places de l’église et des halles.

La toile se tisse de plus en plus dans les petites filatures qui, en 1849, se regroupent à Landerneau pour former la Société linière.

Des blanchisseries côtoient des corderies. Déjà prospères avant la révolution, les tanneries de Landivisiau et des environs emploient un personnel nombreux. Mais la ville est surtout connue par l’élevage du cheval et les grandes foires qui attirent des acheteurs de l’Europe entière, élevage peu à peu remplacé par celui du porc.

Après le Seconde guerre mondiale, les activités se diversifient ou se modernisent, en partie grâce à la création de deux zones industrielles et artisanales.

En 1956, Landivisiau s’est agrandi de 257 hectares au détriment de Bodilis. L’implantation de la base aéronavale en 1964 a amené la construction d’une cité Marine, et de nouveaux quartiers se sont urbanisés.

La place et l'église Saint-Thuriau dans le bourg de Landivisiau au début des années 1900.
La place et l’église Saint-Thuriau de Landivisiau. Carte postale du début des années 1900.

Blason de la commune de Landivisiau

Blason de la commune d’Elliant.

Description
De gueules à l’écusson d’or chargé d’un lion morné de sable, accompagné de huit mâcles aussi d’or ordonnées en orle 3, 2 et 3.

Détail
Les armoiries se basent sur un sceau de 1482 où apparaissaient les armoiries des familles de Léon et de Rohan. Le lion représente la famille des Léon, les macles d’or la famille des Rohan.
Source : wikipedia.org

Situation géographique

Catégories : Non classé