L’église de Goulven dans le Finistère est sous le patronage de Saint-Goulven. Elle fut l’un des premiers édifices à être classé aux monuments historiques par Prosper Mérimée en 1836.

Mise à jour le 30/11/2022.

Des informations sur l’église de Goulven

Logo monunents historiques Classé aux monuments historique en 1836
Consulter la fiche Mérimée de ce monument
Dénomination : Église
Titre courant : Église Saint-Goulven
Date : XVe siècle – 1593-1638
Matériau : Granit et Kersantite
Architecte : Guillaume Kerléroux et Yvon Le Moulin

Département : Finistère
Arrondissement : Brest
Canton : Lesneven
Commune : Goulven
Le Bourg, 29890 Goulven
Position : 48.629120, -4.301636

L'église Saint-Goulven de Goulven dans le Finistère.
L’église Saint-Goulven.

L’église Saint-Goulven de Goulven

Cet édifice, à chevet droit éclairé par une grande verrière, porte les dates de 1505 sur le portail et de 1517 sur l’un des piliers. Le porche Renaissance date de 1593, date inscrite sur l’un de ses contreforts. Il est surmonté d’une flèche octogonale de 58 mètres de haut, inspirée de celle de la chapelle du Kreisker, à Saint-Pol-de-Léon.

En 1636, l’architecte landernéen Yvon Le Mouden prend la succession de Guillaume Kerléroux. Deux ans plus tard, le 30 juin 1638, les travaux sont terminés. Cette église fait partie des premiers édifices du Finistère classés parmi les monuments historiques à la suite de la visite de Prosper Mérimée, alors conservateur de cette administration.

Le Portail

1505
Kersantite

Cet ancien portail de l’église donne sur une chapelle latérale, au sud de l’édifice, désormais transformée en sacristie. Il est orné d’une voussure gothique à fleurons et porte sur un contrefort une inscription qui, outre la date de sa construction, mentionne les noms du gouverneur Clec’h et d’un représentant de la fabrique, Guen. Il est délaissé après la construction du porche d’entrée.

Le maître-aurel

fin du XVe siècle
Kersantite

Ce maître-autel est divisé sur sa façade en quinze arcade de style gothique flamboyant et porte une frise de feuillages sculptés.

L’autel

XVe siècle
Bois de chêne polychrome

Les panneaux de cet autel latéral sont ornés de bas-reliefs qui retracent des scènes de l’Évangile. Sont ainsi représentées la Nativité, l’Adoration des Mages, la Crucifixion, la Présentation au Temple et l’Annonciation. Ces œuvres sont longtemps utilisés par les prêtres pour illustrer leur enseignement auprès des populations illettrées.

Tribune des orgues

1510-1515
Bois

Cette tribune des orgues ornée dans le style Renaissance de rinceaux et de panneaux de feuillage, est à l’origine un jubé fermant le chœur du côté de la nef. La séparation est supprimée au XVIIIe siècle, et les panneaux sont remployés. Des orgues, il ne reste désormais que les tuyaux de façade.

Bas-relief

Début du XVIe siècle
Bois polychrome
ces panneaux qui ornent le petit autel servant au culte, proviennent de l’autel de la chapelle nord, dédié au patron de l’église. Ils représentent six miracles réalisés par saint Goulven : une femme préservée de la rage, la guérison de deux aveugles, la conversion d’une pécheresse, la résurrection d’un enfant noyé, la transmutation de terre en or pour en faire trois croix, trois cloches et un calice, et, enfin un enfant sauvé du feu.

Reliquaire

Début du XVIe siècle
Argent et bois doré

Ce reliquaire doré, en forme de bras, renferme un second reliquaire de même forme, en argent qui contient un os de l’avant-bras de saint Goulven, obtenu par l’église en 1503. Longtemps perdu, il est retrouvé en 1880 dans la crypte de l’ossuaire et, depuis, il est conservé dans un coffret de bois, en forme de chapelle néo-gothique. Chaque année, lors de la procession du pardon, il est plongé dans l’eau de la fontaine, dont il entretiendrait ainsi les propriétés curatives contre la fièvre et les maladies du bétail.

Bannière

XVIIe siècle
Toile, soie et fils d’argent

Cette bannière de procession, ainsi qu’une autre qui l’accompagne, ne quitte l’église que pour la procession du grand pardon de saint Goulven et pour celui du Folgoët. En effet, pendant longtemps, toutes les paroisses de la région envoyaient une délégation au Folgoët, le 8 septembre, avec leurs plus belles bannières.

La vie de saint Goulven

Vitrail de la vie de saint Goulven dans l'église de Goulven.
Vitrail de la vie de saint Goulven.

1903
Vitrail
Fils d’émigrants bretons, Goulven établit son ermitage à flanc de falaise, face à la baie où ont débarqué ses parents. Il acquiert rapidement une renommée de saint homme, si bien que le comte Even vient le trouver depuis son château de Lesneven pour lui demander son soutien dans son combat contre les envahisseurs normands. Après sa victoire, en récompense, le comte lui offre le territoire de la commune actuelle de Goulven. Saint Goulven devient plus tard évêque du Léon, quatrième successeur de saint Paul-Aurélien et le panneau central de ce vitrail montre son sacre épiscopal par saint Grégoire le Grand, dont le pontificat s’étend de 590 à 604. Saint Goulven meurt à Rennes en 616. La tradition rennaise s’oppose d’ailleurs à celle du Léon, et certains pensent que saint Goulven aurait vécu à Saint-Didier, près de Rennes. Le culte de ce saint pourrait n’avoir été introduit dans le Léon qu’au XIIIe siècle.

Visite virtuelle de l’église Saint-Goulven de Goulven

Une visite virtuelle l’église Saint-Goulven de Goulven. N’hésitez pas à mettre en plein écran pour profiter de la visite.

Articles annexes

Vignette de la commune de Goulven dans le Finistère.

Découvrez la commune de Goulven avec son histoire et son patrimoine.
Lire la suite …

Catégories : ÉgliseFinistère