Trignac est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Pays de Guérande. Elle se situe à 7 km au nord de la ville de Saint-Nazaire.

Des informations sur Trignac

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Saint-Nazaire
Canton : Saint-Nazaire-2
Intercommunalité : CA de la Région Nazairienne et de l’Estuaire

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Pays de Guérande

Gentilé : Trignacais, Trignacaises
Population : 7 926 hab. (2018)
Densité : 551 hab./km²
Superficie : 14,38 km²

Adresse de la mairie : 11 place de la Mairie, 44570 Trignac
Site internet : www.mairie-trignac.fr

Communes limitrophes : Saint-NazaireSaint-JoachimMontoir-de-Bretagne

Toponymie de Trignac

L’origine du nom vient du latin triniacum, composé du suffixe –acum, propriété, villa, et d’un anthroponyme.

En breton, la commune se nomme Trinieg.

Histoire de la commune de Trignac

Trignac est l’un de ses petits village fondés vers la fin du Ve siècle par les Bretons émigrants. Isolé sur un île du marais, son développement est longtemps limité par le manque d’espace et la pauvreté des ressources.

À la fin du XVIIIe siècle, la carte de Cassini montre un panorama de la région : la Grande-Brière n’est alors constituée que d’une suite de buttes entourées de marais, reliés entre eux par l’étier de Méan qui conduit vers la mer. Sur les buttes, les hameaux poussent, dispersés, sans route ni chemin pour les relier. À la fin du XIXe siècle, Trignac dépend encore de la commune de Montoir. Au recensement de 1872, le village ne compte que 319 âmes.

Cependant, le marais est progressivement asséché et les îles disparaissent : en 1880, tous les hameaux sont reliés par des chemins qui convergent vers l‘unique lieu de travail, les chantiers de construction navale de Saint-Nazaire.En cette même année, alors que deux chantiers nouveaux s’implantent en bord de Loire, les Forges de Trignac ouvrent leurs portes. Des cités ouvrières, des commerces viennent grossir le village qui devient, en 1914, une commune autonome. Un club de rugby, le RCT, promis à un avenir durable, est créé en 1912.

La Seconde Guerre mondiale coupe net l’élan : le village est évacué et sinistré. Il reçoit en 1955 la croix de guerre avec étoile d’argent. La reconstruction se poursuit jusque dans les années 1960, où le quartier de Certé, considérablement agrandi, atteint la limite de l’agglomération de Saint-Nazaire.

La place de la Liberté dans le bourg de Trignac dans les années 1900.
La place de la Liberté dans le bourg de Trignac dans les années 1900.

Situation géographique

Catégories : Non classé