Le Minihic-sur-Rance est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays de Saint-Malo dans le Poudouvre. Elle se situe à 13 km au sud de la ville de Saint-Malo.

Des informations sur Le Minihic-sur-Rance

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Saint-Malo
Canton : Saint-Malo-2
Intercommunalité : CC Côte d’Émeraude

Pays historique
: Le Pays de Saint-Malo
Pays traditionnel : Le Poudouvre

Gentillé : Minihicois, Minihicoises
Population : 1 466 hab. (2018)
Densité : 375 hab./km²
Superficie : 3,91 km²

Adresse de la mairie : Place Eglise, 35870 Le Minihic-sur-Rance
Site internet : www.le-minihic-sur-rance.fr

Communes limitrophes : PleurtuitLangrolay-sur-Rance

Toponymie de Le Minihic-sur-Rance

L’origine du nom vient peut-être du gallo-romain minihi, qui signifie « tout lieu sacré », « église », « cimetière » et « repère naturel singulier », ou du breton menez, « montagne ».

En breton, la commune se nomme Minic’hi-Poudour.

Histoire de la commune de Le Minihic-sur-Rance

Jusqu’en 1849 Le Minihic est partie intégrante de Pleurtuit. Depuis la Révolution, la sécession est inévitable bien que le premier maire de Pleurtuit, Joseph Monier, soit de ce village. En effet, des tensions centrifuges existent entre la partie imbibée de la Rance (comme La Richardais, qui fait sécession quelque temps après) et la partie imbibée de terre. Les marins, tournés vers la Rance, voie naturelle de communication, sont opposés aux terriens, tournés vers Dinan. Les routes de desserte du Minihic à partir du centre de Pleurtuit sont en piteux état, et les échanges se font souvent par des « chemins de traverse » plus courts, des sentiers qui bordent les champs, mais aussi des chemins creux.

Du milieu du XIXe siècle aux années 1920, la construction navale de bateaux en bois a dynamisé l’activité du Minihic. Puis celle-ci périclite jusque dans les années 1950-1960, mais reprend à partir de 1970 autour de la navigation de plaisance. Dans les années 1950, le nombre d’habitants tombe à la moitié de sa valeur actuelle. La commune souffre des combats de la Libération.

De tout temps, les habitants ont su tirer le meilleur parti des exceptionnelles amplitudes de la marée dans cette zone, 13,50 mètres, qui placent la région du Mont-Saint-Michel à Brest au troisième ou quatrième rang mondial. Divers procédés ou activités en étaient ou en sont encore parfois des applications : les moulins à marée, les doris – petit bateaux -, la cale sèche de La Landriais. Le barrage de la Rance est inauguré en 1967, et l’usine marémotrice installée.

Les bords de la Rance sur la commune de Le Minihic-sur-Rance au début des années 1900.
Les bords de la Rance sur la commune de Le Minihic-sur-Rance au début des années 1900.

Situation géographique

Catégories : Non classé