Coësmes est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays Rennais dans le Guerchais. Elle se situe à 87 km au sud de la ville de Fougères.

Des informations sur Coësmes

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Fougères-Vitré
Canton : La guerche-de-Bretagne
Intercommunalité : Roche aux Fées Communauté

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Guerchais

Gentilé : Coësmois, Coësmoises
Population : 1 466 hab. (2018)
Densité : 63 hab./km²
Superficie : 23,24 km²

Adresse de la mairie : 14 rue de la Haute Rue, 35134 Coësmes
Site internet : www.coesmes.fr

Communes limitrophes : Sainte-ColombeLe Theil-de-BretagneRetiersMartigné-FerchaudThourieLa Couyère

Toponymie de Coësmes

L’origine du nom vient peut-être du breton coët-em, « bois mouillé », mais les zones d’occurrence des toponymes Couasnon et Coesmes pourraient indiquer une origine gauloise.

En breton, la commune se nomme Koem.

Histoire de la commune de Coësmes

Cette seigneurie remonte au moins à Brient de Coësmes (Briencus de Croismis) cité dans un acte de 1191 dans lequel il donne à l’abbaye de Savigny une partie des dîmes qu’il lève sur Retiers. Cette puissante famille tient également un siècle plus tard la terre voisine de Fercé (aujourd’hui en Loire-Atlantique).
C’est probablement un rameau de cette maison qui s’installe sur la motte de La Salle (alias Sainte-Christine) au XIe ou XIIe siècle. On a retrouvé près de ce dernier site des traces de ferrières et de charbonnières. L’exploitation des affleurements locaux de minerai de fer pour alimente des bas fourneaux est à cette époque un des moyens pour une élite sociale d’asseoir son autorité sur la contrée: on y fabrique des armes et des outils.
Le bois de Sainte-Christine, qui n’a plus sa grandeur d’origine, sert jusqu’au XIXe siècle pour approvisionner les établissements sidérurgiques de la région dont celui de Martigné-Ferchaud et de La Roche à Chelun.
La seigneurie de Coësmes passe par succession ou par achat dans les mains des familles Le Vayer, Maillé (1427), Chevaigné (1459), du Refuge (1555), Saget de La Jonchère (1726), Goyon de Vaudurant et enfin Sesmaisons. Coësmes relevait de la vicomté de Thourie qui dépendait de la châtellenie de Rougé, elle-même vassale de Vitré.
En juin et juillet 1795, le petit bourg est investi par une importante troupe de chouans, peut-être quelques centaines. Ils sont arrêtés par la garnison républicaine cantonnée dans l’église à laquelle on avait mis le feu.
Au XIXe siècle, la commune connaît un regain d’activités grâce aux ardoisières mises en exploitation en 1840, et ce jusqu’en 1932-1934.

La place de l'église Saint-Pierre dans le bourg de Coësmes au début des années 1900.
La place de l’église Saint-Pierre dans le bourg de Coësmes au début des années 1900.

Blason de la commune de Coësmes

Blason de la commune de Coësmes.
Blason de la commune de Coësmes.

Description
De gueules fretté d’hermine.
Source : wikipedia.org












Situation géographique

Catégories : Non classé