Martigné-Ferchaud est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays Rennais dans le Guerchais. Elle se situe à 69 km au sud de la ville de Fougères.

Des informations sur Martigné-Ferchaud

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Fougères-Vitré
Canton : La Guerche-de-Bretagne
Intercommunalité : Roche aux Fées Communauté

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Guerchais

Gentilé : Martignolais, Martignolaises
Population : 2 593 hab. (2018)
Densité : 35 hab./km²
Superficie : 74,10 km²

Adresse de la mairie : 12 place de la Mairie, 35640 Martigné-Ferchaud
Site internet : www.ville-martigneferchaud.fr

Communes limitrophes : RetiersForges-la-ForêtEancéVillepotFercéThourieCoësmes

Toponymie de Martigné-Ferchaud

L’origine du nom vient de Martinus, gouverneur romain du temps de la conquête, et de la forme latine ferri calidi (1516) signifiant « fer chaud ».

En breton, la commune se nomme Marzhinieg-Houarnruz

Histoire de la commune de Martigné-Ferchaud

Le territoire de Martigné-Ferchaud est depuis des siècles le pivot d’une micro région où se rencontrent des influences à la fois bretonne et angevine. Quelques menhirs isolés, orientés est-ouest, se dressaient autrefois sur son sol. À l’époque carolingienne, la ville connaît une fréquentation attestée par la découverte vers 1867 d’un coffre funéraire typé sur l’emplacement de l’ancien prieuré Saint-Symphorien.
Il apparaît que la terre de Martigné, à la fin du Xe siècle, est détachée des biens de l’évêché de Nantes est accaparée par la famille qui en prendra le nom. Vers 1050, Hervé de Martigné réside dans son château bâti sur le bord de l’étang, site hautement stratégique. Ce château de pierre, qui remplace une motte castrale, est en ruine au début du XVe siècle. Il faut attendre le début du XVIIIe siècle pour qu’un nouvel édifice s’élève au même endroit:Le Boisfeuillet. En juin 1791, il est détruit lors d’un incendie, tout comme celui de La Seguintière, sur la route de Fercé.
En 1673, René Saget obtient du prince de Condé, seigneur de Martigné, l’autorisation de construire un établissement sidérurgique qui fonctionne jusqu’à la fin du XIXe siècle. Ces forges apportent la prospérité à la commune pendant près de deux siècles. À leur arrêt, l’industrie agro-alimentaire prend le relais : une laiterie et des minoteries, notamment, contribuent à maintenir sur place toute une population ouvrière.
Martigné-Ferchaud est longtemps la rivale de la commune voisine de Retiers, la première ayant fourni un député aux états généraux de 1789, l’abbé Guillou, la seconde un député à la Convention, l’abbé Lancelot.

Jour de marché dans le bourg de Martigne-Ferchaud au début des années 1900.
Jour de marché dans le bourg de Martigne-Ferchaud au début des années 1900.

Blason de la commune de Martigné-Ferchaud

Blason de la commune de Martigne-Ferchaud.
Blason de la commune de Martigne-Ferchaud.

Description
D’argent à la quintefeuille de gueules.
Source : wikipedia.org












Situation géographique

Catégories : Non classé