Les Moutiers-en-Retz est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Pays de Retz. Elle se situe à 37 km au sud de la ville de Saint-Nazaire.

Des informations sur Les Moutiers-en-Retz

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Saint-Nazaire
Canton : Pornic
Intercommunalité : Pornic Agglo Pays de Retz

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Pays de Retz

Gentilé : Monastériens, Monastériennes
Population : 1 703 hab. (2018)
Densité : 178 hab./km²
Superficie : 9,57 km²

Adresse de la mairie : Rue du Cimetière, 44760 Les Moutiers-en-Retz
Site internet : www.mairie-lesmoutiersenretz.fr

Communes limitrophes : La Bernerie-en-RetzPornic – Villeneuve-en-Retz

Toponymie de Les Moutiers-en-Retz

L’origine du nom vient du latin burgum, bourg, et monasterium, monastères.

En breton, la commune se nomme Mousteroù-Raez.

Histoire de la commune de Les Moutiers-en-Retz

Au Bois-Millet, on connaît un site paléolithique moyen, sous-jacent à un site aurignacien. Les traces néolithiques sont fort modestes, par contre, l’âge du bronze final jusqu’à l’extrême fin de l’époque gauloise se développe une importante industrie de « bouilleurs de sel ». Il existe cinq sites le long de l’ancienne ligne de rivage et quatre sur la colline.

Les Gallo-Romains s’installent au bourg et aux Courtes. Une motte féodale domine un ancien port actif. Un château en bois y est bâti, puis une agglomération, défendue par une enceinte et un fossé. On y forge des ancres de navires. En 852, la ville fortifiée est prise par les Normands, auxquels elle sert de base.

À l’emplacement du bourg actuel s’élèvent, près de l’ancien rivage, une première bourgade et son église. Cette fondation est également détruite par les Normands. Au XIe siècle deux prieurés y sont construits. Un population vient s’établir dans ce faubourg, devenu Les Moutiers.

Cependant la ville de Prigny n’est pas abandonnée pour autant. À la fin du XIe siècle, le prieuré Saint-Nicolas et sa chapelle sont bâtis hors de ses murs. Dans la ville se dressent le château reconstruit en pierre et doté de quatre tours et d’un donjon, ainsi que deux chapelles dédiées l’une à saint Jean-Baptiste, l’autre à saint Jean l’Évangéliste. Avec l’envasement du port, la mer se retire et celui-ci est peu à peu abandonné.

Dans le faubourg, le prieuré Notre-Dame devient florissant. À la fin du Moyen Âge, l’une des ressources principales des habitants est la production et le commerce du sel.

De 1589 à 1591, un fort, bâti au Collet, est l’objet de combats entre les troupes d’Henri de Navarre et du duc de Mercœur. Finalement, le fort du Collet et le château de Prigny sont détruits.

Au XVIIe siècle, l’activité maritime s’est reportée au Collet où l’on construit des navires de 100 tonneaux. On fabrique des voiles, des « bernes », au lieu-dit La Bernerie. En 1793, le bourg des Moutiers subit deux fois l’attaque des Vendéens. Il est pillé et dévasté par Charette. En 1794, l’adjudant-général Lefaire ordonne de noyer 41 prisonniers des troupes républicaines, vieillards, femmes et enfants.

Alors que la production des marais salants décline dangereusement, tout le XIXe et le début du XXe siècle sont dominés par une lutte incessante contre l’invasion de la mer lors des tempêtes. Des digues sont édifiées et les dunes consolidées par des plantations. L’agglomération de La Bernerie, dépendant des Moutiers, ne cesse de se développer. On y construit une église et c’est là que se trouve l’unique école.

La Bernerie se sépare des Moutiers en 1863. En 1875, le chemin de fer Nantes – Pornic dessert les deux commune, devenues aujourd’hui des stations balnéaires.

Vue du bourg de Les Moutiers-en-Retz dans les années 1900.
Vue du bourg de Les Moutiers-en-Retz dans les années 1900.

Situation géographique

Catégories : Non classé