Romillé est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays de Saint-Malo dans le Pays de Rennes. Elle se situe à 23 km au nord-ouest de la ville de Rennes.

Des informations sur Romillé

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Rennes
Canton : Montauban-de-Bretagne
Intercommunalité : Rennes Métropole

Pays historique
: Le Pays de Saint-Malo
Pays traditionnel : Le Pays de Rennes

Gentillé : Romilléens, Romilléennes
Population : 3 942 hab. (2018)
Densité : 137 hab./km²
Superficie : 28,67 km²

Adresse de la mairie : Place de la Mairie, 35850 Romillé
Site internet : www.romille.fr

Communes limitrophes : Miniac-sous-BécherelLa Chapelle-ChausséeLanganGévezéParthenay-de-BretagnePleumeleucBédéeIrodouër

Toponymie de Romillé

L’origine du nom vient peut-être de l’anthroponyme romain Romilius et du suffixe –acum, « domaine de », ou de Roz-Meneck « terre de Roches », ou encore de Rophmel, seigneur local.

En breton, la commune se nomme Minieg-Begerel.

Histoire de la commune de Romillé

Les indications toponymiques attestent l’origine gallo-romaine de Romillé, confirmée par de nombreuses trouvailles archéologiques. Le seigneur romain Romel vient établir sa demeure sur tout un territoire, fixé à la limite de la tribu des Redons, et faisant partie de celle des Diaulites ou Diablintes.

Plus tard, les chapellenies les plus importantes sont : le Pasti, Launay-Pigeas, le Pierray, Lorgerais, Benoiton. Les oratoires érémitiques sont remplacés par des chapelles : Ville-Chapelle, Ville-Férrée, Vaunoise, etc.

Vers 1681, les templiers possédaient la haute justice de Mestéere, les actuels lieux-dits du Temple et de La Mettrie. Les hospitaliers de Saint-Jean ayant recueilli la succession des templiers, ils fondent un hôpital à L’Hostellerie.

Parallèlement, la commune appartient aux seigneurs de Tinténiac puis de Laval par l’intermédiaire de Jeanne de Laval, seconde femme de Bertrand Du Guesclin, puis en 1627 aux Saint-Gilles et aux seigneurs de Perronay – nom moderne de Perronet – jusqu’en 1789. Un château, en limite ouest, appartenait aux Saint-Gilles-Perronet.

Beaucoup de paysans, n’ayant que quelques arpents de terre à cultiver, exercent en même temps un métier de tisserand, tanneur, à l’origine du nom de certains villages comme La Draperie et Bouquillé. Romillé, situé à « trois lieues » de Montfort, de Vécherel, de Montauban et de Hédé, est bien placé pour être un centre commercial, aussi ses foires mensuelles et ses marchés hebdomadaires ont-ils toujours été suivis.

La place du bourg de Romillé un jour de fête au début des années 1900.
La place du bourg de Romillé un jour de fête au début des années 1900.

Blason de la commune de Romillé

Blason de la commune de Romillé.
Blason de la commune de Romillé.

Description
D’argent à l’aigle de sable, becquée, lampassée et armée de gueules, chargée d’un écusson d’or surchargé d’une croix latine de gueules aiguisée en chef, mouvant de la pointe, supportant sur ses bras une étoffe d’azur, au chef d’azur semé de fleurs de lys du champ.
Source : wikipedia.org







Situation géographique

Catégories : Non classé