La Chapelle-Heulin est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Vignoble. Elle se situe à 22 km à l’est de la ville de Nantes.

Des informations sur La Chapelle-Heulin

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Nantes
Canton : Vallet
Intercommunalité : CC Sèvre et Loire

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Vignoble

Gentilé : Heulinois, Heulinoises
Population : 3 280 hab. (2018)
Densité : 244 hab./km²
Superficie : 13,47 km²

Adresse de la mairie : 27 Rue Aristide Briand, 44330 La Chapelle-Heulin
Site internet : www.mairie-lachapelleheulin.fr

Communes limitrophes : Haute-GoulaineLe Loroux-BottereauLe LandreauVallet Le PalletLa Haie-Fouassière

Toponymie de La Chapelle-Heulin

L’origine du nom vient du patronyme Heulin, fondateur de la paroisse.

En breton, la commune se nomme Chapel-Huelin.

Histoire de la commune de La Chapelle-Heulin

Une hache du Néolithique, des traces d’une voie romaine qui relie Nantes au Fief-Sauvin témoignent d’une occupation ancienne. C’est en 1130 que La Chapelle-Heulin apparaît dans un document écrit. Le seigneur de Goulaine « rend » l’église aux moines de Vertou. La paroisse est donc plus ancienne et pourrait avoir été fondée à la fin du XIe siècle. Le seigneur fondateur, Heulin, est inconnu, mais pourrait être Hoël V, comte de Nantes et duc de Bretagne.

Jusqu’à la Révolution française, les habitants de la paroisse vivent sous la double tutelle des moines et des puissants seigneurs de Goulaine. Dès le XIIe siècle, la culture de la vigne est la principale ressource du pays. La proximité de la grande ville favorise l’achat des principales maisons par des familles de négociants nantais. Les vignes des domaines sont généralement exploitées à complant, les « colons » plantant et entretenant la vigne sur le sol du propriétaire, moyennant le tiers ou le quart de la récolte.

La Révolution de 1789, d’abord bien accueillie, provoque le mécontentement lorsque le curé refuse le serment constitutionnel. L’insurrection vendéenne éclate le 10 mars 1793, à l’occasion du tirage au sort des jeunes gens appelés sous les drapeaux. Le maire, le curé constitutionnel et quelques patriotes sont massacrés.

En quelques jours, le pays est entre les mains des insurgés, qui participent à tous les grands combats de 1793, sous les ordres de Lyrot. Après la bataille de Cholet, le 17 octobre 1793, les troupes républicaines campent à La Chapelle-Heulin.

Les colonnes infernales du général Cordellier mettent le pays à feu et à sang, pendant le premier trimestre 1794. Pierre de Bruc de L’Hyvernière et son frère lèvent des bandes qui combattent à la mode chouanne. La chute de Robespierre met fin à la Terreur, mais la sécurité reste précaire jusqu’à la pacification par Bonaparte le 28 décembre 1799.

Il faudra le temps d’une génération pour effacer les traces de la guerre civile. Les autorités civiles et religieuse veillent à étouffer les discordes. Le pays retrouve la prospérité. Les landes et marais sont partagés et exploités. La construction du four à chaux de Montru permet de fournir des engrais. Le réseau routier est construit et les services de diligence se multiplient.

La population atteint son maximum en 1850. L’exode rural, la concentration des exploitations et la régression de l’artisanat provoque le déclin de la population jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Depuis 1945, le développement de quelques entreprises locales et la périurbanisation on fait doubler la population.

Le bourg de La Chapelle-Heulin dans les années 1900.
Le bourg de La Chapelle-Heulin dans les années 1900.

Blason de la commune de La Chapelle-Heulin

Blason de la commune de La Chapelle-Heulin.
Blason de la commune de La Chapelle-Heulin.

Description
D’hermine à la fasce alésée de gueules chargée d’une fleur de lys d’or.
Source : wikipedia.org












Situation géographique

Catégories : Non classé