Le Loroux-Bottereau est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Vignoble. Elle se situe à 21 km à l’est de la ville de Nantes.

Des informations sur Le Loroux-Bottereau

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Nantes
Canton : Vallet
Intercommunalité : CC Sèvre et Loire

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Vignoble

Gentilé : Lorousains, Lorousainnes
Population : 8 327 hab. (2018)
Densité : 184 hab./km²
Superficie : 45,31 km²

Adresse de la mairie : 14 place Rosmadec, 44430 Le Loroux-Bottereau
Site internet : www.loroux-bottereau.fr

Communes limitrophes : Saint-Julien-de-ConcellesDivatte-sur-LoireLa RemaudièreLe LandreauLa Chapelle-HeulinHaute-Goulaine

Toponymie de Loroux-Bottereau

L’origine du nom vient du latin oratorio, oratoire, et de l’anthroponyme Boterellus, seigneur du lieu au XIIe siècle

En breton, la commune se nomme Lavreer-Botorel.

Histoire de la commune de Loroux-Bottereau

Dès l’époque gallo-romaine, Le Loroux-Bottereau est un vicus dont dépent pratiquement tout le canton actuel. Le Loroux conserve une pierre, dite « soultrée », d’environ 8 tonnes, qui date probablement de cette époque.
L’évangélisation du territoire est attribuée à saint Clair, premier évêque de Nantes vers 300. Sous saint Félix, évêque de Nantes de 549 à 586, Grégoire de Tours mentionne la localité d’Oratorio. Le Loroux dépend alors, comme tout le sud de la Loire, du diocèse de Poitiers et n’est intégré à la Bretagne qu’au milieu du Xe siècle.
Une abbaye, qui passe par la suite aux moniales de Saint-Sulpice de Rennes, est déjà installée sur le territoire en 1155. Au début du XIIe siècle, la châtellenie du domaine appartient aux Botterel puis, au XVesiècle, à la famille Machecoul, dont Gilles de Rais est membre. Elle est achetée en 1474 par Pierre Landais, trésorier de François II, duc de Bretagne, qui restaure les fortifications de la ville. Celles-ci se développent sur plus de 700 mètres et enferment un espace de 4 hectares.
Pierre Landais fait également reconstruire le château. La Noue Bras de Fer, capitaine calviniste, en est seigneur à la fin du XVIe siècle. Pour couvrir ses dettes, son fils vend la châtellenie aux Goulaine, dont les successeurs sont les Rosmadec.
Le village subit différentes destructions et finit par être ruiné à la fin du XVIIIe siècle. En mars 1793, un grand nombre de Lorousains s’insurgent contre la République, avec comme chefs Prodhomme et Lyrot, qui se joignent à Bonchamps, à Charette et à Stofflet. La répression des colonnes infernales, qui par deux fois incendient la localité en mars 1794, fait presque un millier de victimes. Il faut alors 60 ans à la commune pour retrouver le niveau de population de 1790.
Au XXe siècle, l’agriculture traditionnelle cohabite avec une activité viticole importante, plusieurs activités maraîchères et quelques industries.

La rue des Forges dans le bourg de Le Loroux-Bottereau dans les années 1900.
La rue des Forges dans le bourg de Le Loroux-Bottereau dans les années 1900.

Blason de la commune de Loroux-Bottereau

Blason de la commune de Le Loroux-Bottereau.
Blason de la commune de Le Loroux-Bottereau.

Description
Palé contre-palé d’argent et d’azur, à deux chevrons d’or brochant sur le tout.
Source : wikipedia.org












Situation géographique

Catégories : Non classé