Saint-Aubin-du-Cormier est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays Rennais dans le Pays de Rennes. Elle se situe à 31 km au nord-est de la ville de Rennes.

Des informations sur Saint-Aubin-du-Cormier

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Rennes
Canton : Fougères-1
Intercommunalité : Liffré-Cormier Communauté

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Pays de Rennes

Gentilé : Saint-Aubinais, Saint-Aubinaises
Population : 3 901 hab. (2018)
Densité : 142 hab./km²
Superficie : 27,41 km²

Adresse de la mairie : Place de la Mairie, 35140 Saint-Aubin-du-Cormier
Site internet : www.saint-aubin-du-cormier.bzh

Communes limitrophes : GahardMézières-sur-CouesnonRives-du-CouesnonLivré-sur-ChangeonLiffréGosnéErcé-près-Liffré

Toponymie de Saint-Aubin-du-Cormier

L’origine du nom vient du saint éponyme, évêque d’Angers au VIIe siècle. En effet, une légende affirme qu’une chapelle qui précéda l’édification du château lui était dédiée ; et du latin corme, nom général du sorbier qui ombrageait la chapelle.

En breton, la commune se nomme Sant-Albin-an-Hiliber.

Histoire de la commune de Saint-Aubin-du-Cormier

La ville est crée en 1225, pour servir le château qui vient d’être édifié à proximité. Afin d’attirer la population, le duc Pierre Mauclerc octroie un certain nombre de privilèges et exemptions de taxes aux nouveaux arrivants qui ne cessent d’affluer.
Pièce maîtresse de la Marche de Bretagne, la ville s’entoure de remparts au XIVe siècle. Après la bataille du 28 juillet 1488, opposant Français et Bretons, au cours de laquelle l’armée bretonne est massacrée, le château, symbole de la puissance des ducs, est démoli.
Sous l’Ancien Régime, Saint-Aubin demeure un centre administratif important, siège d’une subdélégation et d’une sénéchaussée. La population croît, passant de 900 habitants au XVIe siècle à 1460 en 1794. Située à l’intersection des routes de Rennes à Fougères et de Saint-Malo à vitré, Saint-Aubin draine dans ses foires et ses marchés les produits des paroisses voisines, ce qui contribue à renforcer son rayonnement.
Pendant la Révolution, la commune est une ville « bleu », dont la garde nationale est souvent mise à contribution pour lutter contre les chouans. Au XIXe siècle Saint-Aubin demeure un centre commercial animé mais ne connaît pas de véritable mutation économique. À partir de 1848, un plan d’alignement se substitue à l’architecture médiévale ; les halles et l’église (ancienne chapelle au Duc) sont démolies.
Le lent déclin démographique de Saint-Aubin se poursuit au XXe siècle, son activité économique stagne mais le rôle administratif s’accentue. L’installation des militaires à la lande d’Ouée dans les années 1860 prélude au développement continu du site qui occupe actuellement près de 1 000 personnes et contribue au redressement économique et démographique de la commune.

Vestiges du donjon du château de Saint-Aubin-du-Cormier au début des années 1900.
Vestiges du donjon du château de Saint-Aubin-du-Cormier au début des années 1900.

Blason de la commune de Saint-Aubin-du-Cormier

Blason de la commune de Saint-Aubin du Cormier.
Blason de la commune de Saint-Aubin du Cormier.

Description
Échiqueté d’azur et d’or de six tires, au franc-canton d’hermine.
Source : wikipedia.org













Situation géographique

Catégories : Non classé