Sion-les-Mines est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Pays de La Mée. Elle se situe à 18 km à l’ouest de la ville de Châteaubriant.

Des informations sur Sion-les-Mines

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Châteaubriant-Ancenis
Canton : Guémené-Penfao
Intercommunalité : CC Châteaubriant-Derval

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Pays de La Mée

Gentilé : Sionnais, Sionnaises
Population : 1 608 hab. (2018)
Densité : 29 hab./km²
Superficie : 54,71 km²

Adresse de la mairie : 20 rue de Châteaubriant, 44590 Sion-les-Mines
Site internet : www.mairie-sionlesmines.fr

Communes limitrophes : La DominelaisSaint-Sulpice-des-LandesRuffignéSaint-Aubin-des-ChâteauxSaint-Vincent-des-LandesLusangerMouais

Toponymie de Sion-les-Mines

L’origine du nom vient du latin sium, plante qui abondait au bord de la Chère.

En breton, la commune se nomme Hezin-ar-Mengleuzioù.

Histoire de la commune de Sion-les-Mines

La présence de mégalithes sur le territoire de la commune atteste son peuplement dès la période néolithique. Les romains s’installent sur le site de Domnèche pour exploiter le minerai de fer. Une Vénus de plomb, des monnaies et des cercueils de calcaire sont mis au jour en 1875.

L’évêque Melaine aurait envoyé à Sion les premiers moines, qui, au VIe siècle, bâtirent une chapelle au Breil. En 1070 apparaît le premier seigneur des lieux, Cavallon, qui participe à la première croisade. À son retour, il fait construire un château féodal et prend le nom de Sion. Les croisés s’établissent à Breil, dans des chaumières donnant naissance au village de Sion. À l’écart, ils construisent une ladrerie.

La Hunaudière connaît une très longue activité sidérurgique, mentionnée dès 1146. Rosette de Sion prend part, aux côtés de Saint Louis, au siège de Damiette et meurt à Mansourah en 1250. Par Anne de Sion, la seigneurie passe à Alain de Saffré, puis à Tournemine et, en 1526, est vendue à La Chapelle de La Roche-Giffard. Le seigneur épouse les idées de la Réforme, et Sion devient le centre du protestantisme du pays de la Mée.

En 1785, la seigneurie de Sion est vendue au prince de Condé, peu de temps avant que la municipalité se substitue à son autorité. L’implantation pendant plusieurs siècles d’une activité industrielle a pour conséquence la coexistence d’un monde rural et d’un milieu ouvrier. Artisanat et commerce apparaissent au XIXe siècle et se développent au XXe siècle. L’agriculture demeure la principale activité de la commune.

La rue principale de Sion-les-Mines dans les années 1900.
La rue principale de Sion-les-Mines dans les années 1900.

Blason de la commune de Sion-les-Mines

Blason de la commune de Sion-les-Mines.
Blason de la commune de Sion-les-Mines.

Description
De gueules au croissant accompagné de six molettes d’éperon, trois en chef, deux aux flancs, une en pointe, le tout d’argent.
Source : wikipedia.org











Situation géographique

Catégories : Non classé