Soulvache est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Pays de La Mée. Elle se situe à 15 km au nord-ouest de la ville de Châteaubriant.

Des informations sur Soulvache

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Châteaubriant-Ancenis
Canton : Châteaubriant
Intercommunalité : CC Châteaubriant-Derval

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Pays de La Mée

Gentilé : Soulvachais, Soulvachaises
Population : 346 hab. (2018)
Densité : 31 hab./km²
Superficie : 11,27 km²

Adresse de la mairie : 1 rue de la Mairie, 44660 Soulvache

Communes limitrophes : TeillayThourieFercéRougé

Toponymie de Soulvache

L’origine du nom est connu sous la forme Sous-le-Val jusqu’à la fin du XVIe siècle, le bourg étant fixé autour de la rivière, le Semnon.

En breton, la commune se nomme Soulvac’h.

Histoire de la commune de Soulvache

Selon quelques auteurs, l’origine de la paroisse se trouverait dans le cartulaire de Redon au IXe siècle. Des vestiges subsistent encore qui témoignent de la haute antiquité de la bourgade : la motte féodale et sa tour du début XIIe siècle et l’ancienne église paroissiale du XIIIe siècle.Une autre tradition consigne dans une ballade qu’un ermite d’Auray est venu à la demande d’un seigneur fonder la chapelle du village sur le bord de la rivière, sans doute la première chapelle Saint-Fiacre.

Le Semnon sépare le comté de Rennes du comté de Nantes et le grand chemin de Châteaubriand à Rennes qui passe à cet endroit est appelé « voie royale ». Des pans de mur dans le lit de la rivière sont peut-être des vestiges de l’ancien pont. Vers 1600, Soulvache commence à s’édifier sur la partie haute du bourg, avec quelques maisons autour de l’antique église. Sa situation particulière, aux confins de deux départements, lui donne un intérêt stratégique important.

À partir de 1920, la commune connaît un essor très important et voit sa population doubler, grâce à l’exploitation de la mine de fer de Bonne-Fontaine et à l’arrivée massive d’ouvriers étrangers, italiens et surtout polonais. Une cité voit le jour, et devient rapidement une deuxième commune avec sa spécificité : logements pour célibataires, école des sœurs, commerces, cafés, salle des fêtes, théâtre et même chapelle desservie par un prêtre polonais. L’exploitation de la mine, qui apporte une certaine richesse, s’arrête en 1950. Un incendie impossible à maîtriser détruit tout le matériel et les galeries.

Sur le territoire de la commune, la station de traitement de l’eau potable, propriété du syndicat des eaux de la Brutz, est gérée par la Compagnie générale des eaux. 3 500 m3 sont ainsi distribués chaque jour à 18 000 familles des deux départements.

La route de Martigné dans le bourg de Soulvache dans les années 1900.
La route de Martigné dans le bourg de Soulvache dans les années 1900.

Blason de la commune de Soulvache

Blason de la commune de Soulvache.
Blason de la commune de Soulvache.

Description
Écartelé : au premier et au quatrième, d’argent à une moucheture d’hermine de sable ; au deuxième et au troisième, d’azur à la fleur de lys d’or ; à la tour d’or, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, posée sur un mont d’argent mouvant de la pointe, brochant sur le trait du parti de l’écartelé.
Source : wikipedia.org









Situation géographique

Catégories : Non classé