Rougé est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Pays de La Mée. Elle se situe à 10 km au nord-ouest de la ville de Châteaubriant.

Des informations sur Rougé

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Châteaubriant-Ancenis
Canton : Châteaubriant
Intercommunalité : CC Châteaubriant-Derval

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Pays de La Mée

Gentilé : Rougéens, Rougéennes
Population : 2 215 hab. (2018)
Densité : 39 hab./km²
Superficie : 56,32 km²

Adresse de la mairie : 1 rue de la Gare, 44660 Rouge
Site internet : www.mairie-rouge.fr

Communes limitrophes : TeillaySoulvacheFercéNoyal-sur-BrutzSoudanChâteaubriantSaint-Aubin-des-ChâteauxRuffigné

Toponymie de Rougé

L’origine du nom vient de la couleur du sol (argile rouge), et de la famille qui a pris ce nom.

En breton, la commune se nomme Ruzieg.

Histoire de la commune de Rougé

Le sol du territoire de Rougé contient de l’argile, colorée en rouge par l’abondance du minerai de fer. Celui-ci est probablement exploité par les Celtes, puis par les Gallo-Romains. Dans la galerie de La Minière, plusieurs pièces de monnaie, dont une en or de l’époque de l’empereur Trajan, ont été mises au jour, et une voie romaine passait dans le bourg.

La famille de Rougé, l’une des plus anciennes de la région, est attestée depuis au moins le XIIe siècle. Elle a marqué la localité de son empreinte en édifiant un château et en faisant des donations aux abbayes des environs (Melleray, Béré et Teillay). Les Durand, seigneurs de La Minière, se distinguent lors de la septième croisade. Ils possèdent également le château du Rouvre, où François 1er passe en 1532. Au XVIIIe siècle, la famille de Rougé est qualifiée des titres de comte et de marquis.

Au XIXe siècle, l’activité économique de la commune est essentiellement tournée vers l’agriculture et l’artisanat. En 1896, le conseiller général Emmanuel Gahier publie une monographie de Rougé dans le bulletin de l’association bretonne. Il y dénombre 60 000 pommiers, ainsi que 25 charpentiers, 18 menuisiers, autant de maçons et 27 cabaretiers. Rougé connaît ensuite un essor industriel grâce au développement des mines de fer, les plus anciennes du département. À partir de 1948, l’extraction et le triage du minerai sont mécanisés.

Le Roy de La Trochardais, propriétaire du manoir de Chambellan, et Joseph Gahier, journaliste et vice-président de la société académique, sont originaires de la commune.

Vue du bourg de Rougé dans les années 1900.
Vue du bourg de Rougé dans les années 1900.

Blason de la commune de Rougé

Blason de la commune de Rougé.
Blason de la commune de Rougé.

Description
De gueules à la croix pattée alésée d’or.
Source : wikipedia.org












Situation géographique

Catégories : Non classé