Trans-la-Forêt est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays de Dol dans le Dolois. Elle se situe à 44 km au sud-est de la ville de Saint-Malo.

Des informations sur Trans-la-Forêt

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Saint-Malo
Canton : Dol-de-Bretagne
Intercommunalité : CC du pays de Dol et de la baie du Mont-Saint-Michel

Pays historique
: Le Pays de Dol
Pays traditionnel : Le Dolois

Gentilé : nc
Population : 587 hab. (2018)
Densité : 40 hab./km²
Superficie : 14,83 km²

Adresse de la mairie : 19 Rue de la Mairie, 35610 Trans-la-Forêt
Site internet : nc

Communes limitrophes : La BoussacPleine-FougèresVieux-VielBazouges-la-PérouseCuguenBroualan

Toponymie de Trans-la-Forêt

L’origine du nom vient peut-être du gaulois tri, « trois », et dant, « sommet » ; « la-Forêt » est ajouté au toponyme le 7 août 1996 pour le différencier de Trans-en-Mayenne.

En breton, la commune se nomme Treant-Felger.

Histoire de la commune de Trans-la-Forêt

La paroisse de Trans remonte vraisemblablement au XIe siècle. En 937 des Normands chassés de Nantes se retranchent dans la forêt de Villecartier d’où ils organisent des raids sur le pays de Dol et de Rennes. Un quadrilatère entouré de levées de terre et ceint de profonds fossés, situé près de l’étang de Ruffien atteste encore leur présence.

Le 1er août 939, lors de la bataille de Trans, ils sont écrasés par Alain Barbetorte, comte de Nantes et duc de Bretagne aidé par Juhel Béranger, comte de Rennes et par Hugues, comte du Maine.

Le sire de Combour, à l’origine seigneur de Trans, transforme la paroisse en deux seigneuries, celle de Trans et celle de La Chesnelaye, qui relèvent ensuite du duc de Bretagne. La baronnie de Trans appartient successivement aux familles Chantegrue, Du Boisbaudry, Visdeloup de La Ville Théart et de La Motte de Lesnage. En 1678 le seigneur de Trans dispose du droit de tenir marché quatre fois l’an : le premier lundi de mai, juillet, août et le dernier lundi d’octobre.

Le 7 nivôse an IV (décembre-janvier 1793) l’armée vendéenne dirigée par Stofflet et de La Rochejacquelin se heurte à plusieurs reprises à l’armée républicaine commandée par Marceau et Kleber et de violents combat s ont lieu dans la vallée du Guyoult. Pendant cette période Trans est chef-lieu de canton. Symbole de la République, le chêne de la Liberté, planté près de l’église est déraciné lors des violentes tempêtes de 1987.

Le château de La Villarmoi sur la commune de Trans-la-Forêt au début des années 1900.
Le château de La Villarmoi sur la commune de Trans-la-Forêt au début des années 1900.

Situation géographique

Catégories : Non classé