Bain-de-Bretagne est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays Rennais dans le Pays de Rennes. Elle se situe à 43 km au nord-est de la ville de Redon.

Des informations sur Bain-de-Bretagne

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Redon
Canton : Bain-de-Bretagne
Intercommunalité : Bretagne Porte de Loire Communauté

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Pays de Rennes

Gentillé : Bainais, Bainaises
Population : 7 331 hab. (2018)
Densité : 113 hab./km²
Superficie : 64,77 km²

Adresse de la mairie : 21 Rue de L Hôtel de ville, 35470 Bain-de-Bretagne
Site internet : www.baindebretagne.fr

Communes limitrophes : PléchâtelPancéLa Bosse-de-BretagneErcé-en-LaméeSaint-Sulpice-des-LandesLa DominelaisLa Noë-BlancheGuipry-Messac

Toponymie de Bain-de-Bretagne

L’origine du nom vient du latin baïus ou bainus, « bain ».

En breton, la commune se nomme Baen-Veur.

Histoire de la commune de Bain-de-Bretagne

Les terres de Bain, charnière entre le pays de Nantes et celui de Rennes, sont habitées dès le Néolithique. Ces populations élèvent quelques monuments mégalithiques aux limites de Messac – Le Fresne – et de Pléchâtel – le « Champs des Meules » – où elles abandonnent quelques haches de pierre polie. Trois mille ans avant notre ère, un groupe important se fixe à La Hersonnais, au nord de Bain, construisant de grandes habitations collectives de plus de 1 000m².

Le territoire souffre des expéditions barbares puis franques du Ve au VIIIe siècle avant d’être conquis par l’armée bretonne de Nominoé en 841. Aux IXe et Xe siècles, des mottes féodales avec basse-cour sont construites au Coudray, au Véréal, à la Marzelière, à Cogneuc et à Bain comme protection contre les envahisseurs. À partir de 1050, des moines de Saint-Melaine s’implantent près de l’étang, ils sont une centaine en 1081. Durant tout le haut Moyen Âge, Bain dépend du pays de La Mée et de Nantes, restant un sujet de revendication des deux comtés.

L’un des premiers seigneurs connus de Bain serait Senebrune en 1127. Bertrand d’Argentré, historien du XVIe siècle, descend de Valence de Bain (1400). Les familles des seigneuries de Bain, La Marzelière et Pomméniac donnent plusieurs serviteurs aux ducs de Bretagne et à leur cour du roi. La ville de Bain est un point de passage et de séjour de personnalités de premier ordre : le roi Henri III d’Angleterre en 1230, François Ier en 1518, Henri IV en 1598.

District pendant la Révolution, Bain n’échappe pas aux troubles fomentés par la chouannerie. Le baron d’Empire Thomas Chassereaux (1763-1840) est originaire de la commune. En 1828, la duchesse de Berry dans son voyage d’exil, et Napoléon III en 1840, font escale à Bain. Les historiens Amédée Guillotin de Corson (1837-1905) et les frères Rulon, Charles (1901-1968) et Henri (1902-1981), de même que l’ethnologue Adolphe Orain (1834-1918), le chirurgien Gustave Regnault ( 1835-1919), pionnier de l’ovatiotomie et des césariennes, et son frère Arthur (1839-1932), l’architecte des églises, sont également Bainais.

La ville a connu une intense activité de tannage des peaux au XIXe siècle et dans la moitié du XXe siècle. Le 3 août 1944, Bain-de-Bretagne est libéré avant Rennes par les troupes du général Wood.

Jour de marché dans le bourg de Bain-de-Bretagne au début des années 1900.
Jour de marché dans le bourg de Bain-de-Bretagne au début des années 1900.

Blason de la commune de Bain-de-Bretagne

Blason de la commune de Bain-de-Bretagne.
Blason de la commune de Bain-de-Bretagne.

Description
Losangé d’argent et de gueules.
Source : wikipedia.org









Situation géographique

Catégories : Non classé