Les Portes du Coglais est une commune nouvelle du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se situe en pays de Renais dans le Coglais à 17 km au nord de la ville de Fougères.

Mise à jour le 07/09/2022.

Des informations sur Les Portes du Coglais

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Fougères-Vitré
Canton : Val-Couesnon
Intercommunalité : Couesnon Marches de Bretagne

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Coglais

Gentilé
: Coglais, Coglaises
Population : 2 319 hab. (2019)
Densité : 57 hab./km²
Superficie : 40,71 km²

Adresse de la mairie
: 1 rue Saint-Melaine – Montours, 35460 Les Portes du Coglais
Site internet : www.lesportesducoglais.fr

Communes limitrophes : Le FerréPoilley Le ChâtellierSaint-Germain-en-CoglèsMaen-RochVal-Couesnon

Toponymie des communes des Portes du Coglais

Les portes du Coglais est une commune nouvelle qui regroupe les anciennes communes de Coglès, La Selle-en-Coglès et Montours.

Toponymie de Coglès

L’origine du nom vient du breton coglez, « nord ».

En breton, la commune se nomme Gougleiz.

Toponymie de La Selle-en-Coglès

L’origine du nom vient du latin cella, « monastère », et du breton coglez, « nord ».

En breton, la commune se nomme Kell-Gougleiz.

Toponymie de Montours

L’origine du nom vient peut-être de l’anthroponyme latin Ursus, ou du nom commun ursus, « ours ».

En breton, la commune se nomme Montourz.

Histoire des communes des Portes du Coglais

Histoire de Coglès

Le Coglais aurait été une circonscription de l’administration gallo-romaine. Coglès est d’abord appelé Saint-Jean-de-Coglès. Au XIIe siècle, des évêques de Rennes donnent l’église de cette paroisse aux bénédictins de l’abbaye de Saint-Melaine qui fondent un prieuré. Cette donation est confirmée en 1158 par l’archevêque de Tours et en 1185 par le pape Luce III. L’abbaye garde jusqu’en 1770 le droit de présenter le recteur, qui revient ensuite à l’évêque.
La seigneurie de cette paroisse est Marbré. En juillet 1795, le district de Fougères note que la commune compte 1 569 habitants, qu’elle est désarmée et que la garde nationale est dissoute à cause de l’esprit de la population marquée par le séjour des chouans.
L’agriculture et le travail du granit constituent les activités principales de la commune.

Histoire de La Selle-en-Coglès

Jusqu’au XIXe siècle, le village est nommé La Celle-en-Coglais. La paroisse s’est certainement développée autour d’un petit monastère primitif, probablement un prieuré de l’abbaye de Saint-Florent-de-Saumur. Le seigneur du Rocher-Portail, qui prétend être le seigneur fondateur de l’église, y a un enfeu. En 1627 y sont déposées les entrailles de Gilles Ruellan qui, décédé à Paris, est inhumé dans l’église des Carmes de Rennes dont il est un bienfaiteur. D’autres seigneurs du Rocher-Portail, de la famille de Farcy, y sont inhumés aux XVIIe et XVIIIe siècles.
En 1795, suivant un rapport du district de Fougères, la commune a 1 006 habitants et la garde nationale y est dissoute, l’esprit de la population étant influencé par la présence des chouans. L’abbé Michel Devilgérard, nommé vicaire en 1790, reste caché dans le pays. Arrêté au manoir de Langrois-en-Coglès le 10 avril 1799, il est emprisonné à Rennes pendant huit mois. Il est ensuite recteur de La Selle-en-Coglès de 1809 à sa mort, survenue le 22 mars 1830.

Histoire de Montours

Le village est déjà cité en 1163 dans la charte où Raoul II, baron de Fougères, confirme les chanoines réguliers de l’abbaye de Rillé dans la possession des dîmes de sa châtellenie de Valaines, soit du dixième des recettes levées pour le passage, le moulin, le four et le marché dont il leur a fait don en 1151. C’est de cette époque que date la fondation de Montours donné aux religieux de Rillé par le baron de Fougères. À Valaines, une motte féodale subsiste sur l’emplacement de l’ancien château fort disparu.
Lors de la réformation de 1676-1680, la seule terre noble de la paroisse est la seigneurie de Bonteville qui relève de Saint-Brice. Selon un rapport des administrateurs du district de Fougères du 17 juillet 1795, la population de Montours est alors de 1 471 habitants et la commune est acquise aux chouans. Leur chef, Auguste Hay de Bonteville, est à la tête de l’une des trois colonnes de l’armée de Boisguy, celle du sud de Fougères, appelée « la Brutale » à cause de son intrépidité.
En 1944, après la percée d’Avranches, l’état-major américain s’établit pendant ttrois jours dans un bois près de Bonteville. En 1829, Girault de Saint-Fargeau signale des fabriques de cuir à Montours. Les activités principales de la commune sont actuellement l’agriculture et le travail du granit.

Situation géographique

Catégories : CommunesIlle-et-Vilaine