Saint-Hilaire-de-Chaléons est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Nantais dans le Pays de Retz. Elle se situe à 49 km au sud-est de la ville de Saint-Nazaire.

Des informations sur Saint-Hilaire-de-Chaléons

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Saint-Nazaire
Canton : Machecoul
Intercommunalité : Pornic Agglo Pays de Retz

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Pays de Retz

Gentilé : Chaléonnais, Chaléonnaises
Population : 2 304 hab. (2018)
Densité : 66 hab./km²
Superficie : 34,98 km²

Adresse de la mairie : 20 rue de la Mairie, 44680 Saint-Hilaire-de-Chaléons
Site internet : www.saint-hilaire-de-chaleons.fr

Communes limitrophes : Chaumes-en-RetzRouansPort-Saint-PèreSainte-Pazanne – Villeneuve-en-Retz – Pornic

Toponymie de Saint-Hilaire-de-Chaléons

L’origine du nom vient de saint Hilaire, évêque de Poitiers au IVe siècle, et de calma, plateau.

En breton, la commune se nomme Sant-Eler-Kaleon.

Histoire de la commune de Saint-Hilaire-de-Chaléons

En 1864, un menhir est signalé au Moulin Pénaud. Lors de la construction de l’église en 1897, trois sarcophages mérovingiens ont été aperçus. La création du bourg se situerait entre 590, époque à laquelle saint Hilaire est canonisé et 851, année où le pays de Retz passe du Poitou à la Bretagne.

Saint-Hilaire-de-Chaléons est attestée pour la première fois en 1079. La paroisse se développe à la limite du vaste domaine du château féodal du Bois-Rouaud. D’autres terres appartiennent au prieuré Notre-Dame-des-Moutiers et aux templiers, puis aux hospitaliers des Biais, à Saint-Père-en-Retz. Les archives mentionnent aveux et hommages des seigneurs locaux au sire de Retz.

À la Révolution, un grand nombre d‘habitants participent à l’insurrection vendéenne. Sous la conduite de Louis Guérin, un enfant du pays, ils tentent de prendre Paimbœuf, puis s’associent à l’armée royalistes de Charette. En 1794, sous la pression des bleus, ils doivent chercher refuge dans la forêt de Princé où beaucoup sont massacrés par les troupes républicaines. Guérin sera tué en 1795.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la commune entreprend d’importants travaux : édification d’un grand calvaire, reconstruction de l’église et déplacement du cimetière. La ligne de chemin de fer Nantes – Bourgneuf – Pornic est inauguré en 1875. Sur la commune, un embranchement vers Chéméré et Paimœuf est mis en service un an plus tard.

Le château du Bois-Rouaud sur la commune de Saint-Hilaire-de-Chaléons dans les années 1900.
Le château du Bois-Rouaud sur la commune de Saint-Hilaire-de-Chaléons dans les années 1900.

Blason de la commune de Saint-Hilaire-de-Chaléons

Blason de la commune de Saint-Hilaire-de-Chaléons.
Blason de la commune de Saint-Hilaire-de-Chaléons.

Description
Écartelé : au premier, d’or aux trois tours de gueules, ouvertes et ajourées du champ, maçonnées de sable ; au deuxième, d’argent aux six mouchetures d’hermine de sable ordonnées 3, 2 et 1 ; au troisième, d’azur aux trois fleurs de lys d’or ; au quatrième, de gueules à la mitre épiscopale d’or posée en bande, soutenue d’une crosse du même posée en barre ; à la croix de sable brochant sur l’écartelé, chargée en cœur d’un écusson d’argent aux trois croix du Calvaire de sable.
Source : wikipedia.org








Situation géographique

Catégories : Non classé