Dingé est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays de Saint-Malo dans le Pays de Rennes. Elle se situe à 48 km au sud-est de la ville de Saint-Malo.

Mise à jour le 25/10/2022.

Des informations sur Dingé

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Saint-Malo
Canton : Combourg
Intercommunalité : CC Bretagne Romantique

Pays historique
: Le Pays de Saint-Malo
Pays traditionnel : Le Pays de Rennes

Gentilé : Dingéens, Dingéennes
Population : 1 638 hab. (2019)
Densité : 31 hab./km²
Superficie : 52,89 km²

Adresse de la mairie : 2 Rue Canal, 35440 Dingé
Site internet : www.dinge.fr

Communes limitrophes : CombourgLanriganSaint-Léger-des-PrésMarcillé-RaoulSens-de-Bretagne FeinsMontreuil-sur-IlleGuipelHédé-BazougesTinténiacQuébriac

Quelques cartes
Carte de la Bretagne Carte du département d'Ille-et-Vilaine (35) en Bretagne. Carte du pays historique de Saint-Malo en Bretagne.
fleche verte Voir toutes les cartes.

Toponymie de Dingé

L’origine du nom vient peut-être du breton dun, « haute », et de ge, « terre mythologique », ou de l’anthroponyme latin Dimius et du suffixe –acum.

En breton, la commune se nomme Dingad.

Histoire de la commune de Dingé

Le territoire de Dingé est déjà occupé à la préhistoire. La présence celtique est suivie de l’occupation romaine, matérialisée par des vestiges. Une voie romaine aurait existé à cet endroit. Un trésor de monnaies romaines a été découvert au XIXe siècle, attestant que ce territoire était le siège d’un camp romain. Au début de l’ère chrétienne et peut-être antérieurement, Dingé est le siège d’une industrie métallurgique. Des résidus de fusion sont toujours visibles en forêt de Tanouarn, sous forme de buttes.

Il n’échappe pas aux grandes invasions, dont il reste des sites, en particulier le tumulus dit « de la Motte-aux-Anglais ». Pendant de nombreuses années, la présence de moines va apporter au pays le progrès et une prospérité relative. Les religieux sont en particulier déterminants dans la mise en valeur du terroir dingéen.

Les seigneuries ont doté les hameaux de nombreux manoirs et maisons de maîtres pour y placer leurs descendants. La Révolution ne provoque pas de grands bouleversements, mais la réforme administrative, qui apporte une fraction de la forêt de Tanouarn, est l’occasion de la création d’un petit éphémère canton de Dingé entre 1790 et 1800.

L’agriculture et l’industrie du bois font de Dingé un pays d’éleveurs de chevaux et de charretiers réputés. Les travaux agricoles et le débardage des troncs d’arbre exigent des bêtes de trait de qualité et des conducteurs expérimentés.

À l’écart des gros centres, le territoire de la commune reste essentiellement agricole, mais la forêt a perdu de son activité. La création du canal d’Ille-et-Rance (entre 1804 et 1832) et du cours d’eau artificiel de la rigole de Boulet a été le facteur d’importants changements topographiques.

Le bourg de Dingé et l'église Saint-Symphorien au début des années 1900.
Le bourg de Dingé et l’église Saint-Symphorien au début des années 1900.

Situation géographique

Catégories : CommunesIlle-et-Vilaine