Hédé-Bazouges est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays Rennais dans le Pays de Rennes. Elle se situe à 48 km au sud-est de la ville de Saint-Malo.

Des informations sur Hédé-Bazouges

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Saint-Malo
Canton : Melesse
Intercommunalité : CC Bretagne Romantique

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Pays de Rennes

Gentilé : Hédéens, Hédéennes
Population : 2 243 hab. (2018)
Densité : 150 hab./km²
Superficie : 14,93 km²

Adresse de la mairie : 7 Place de la Mairie, 35630 Hédé-Bazouges
Site internet : www.hede-bazouges.fr

Communes limitrophes : TinténiacDingéGuipelVignocLangouetSaint-GondranLa Chapelle-ChausséeSaint-Brieuc-des-Iffs

Toponymie de Hédé-Bazouges

L’origine du nom vient peut-être de l’anthroponyme breton Haduc, de l’anthroponyme germanique Haido et du suffixe latin –acum, ou de la déformation du mot alleu.

En breton, la commune se nomme Hazhoù.

Histoire de la commune de Hédé-Bazouges

Le château fort de Hédé se dresse sur un éperon commandant la voie antique de Condate (Rennes) à Alet (Saint-Malo) ; il fait suite à un fort romain tandis qu’un autre château féodal, dont il ne reste rien, est élevé à La Motte-Jouhan, à l’est de la cité.

Un breton d’outre-Manche nommé Haduc, intallé au VIe siècle sur place, serait le fondateur de la ville. En 1085, une charte du duc Alain IV atteste l’existence du Hadeicum Castellum, qui dès lors fait partie du domaine ducal alors que la plus grande partie de la campagne environnante est aux mains des puissants seigneurs de Bazouges.

La guerre de succession des ducs de Bretagne cause beaucoup de ravages et la place doit être restaurée à la fin du XIVe siècle. En 1431, la ville est détruite par un incendie puis entourée de douves avec trois portes fortifiées.

Une importante garnison occupe la place pendant la Ligue et les habitants sont importunés par les soudards. En 1598, la pais revenue, la municipalité demande à Henri IV l’autorisation de démolir la forteresse : on fait sauter le donjon et les murs sont arasés. Hédé devient alors le siège d’une subdélégation de vingt paroisses et députe aux états de Bretagne avec le statut de ville.

En 1789, la bourgeoisie locale acquise aux « idées nouvelles » se montre favorable à la Révolution, mais les abus commis par les jacobins, la conscription, la persécution religieuse, les exécutions et la misère vont creuser le fossé entre la ville, à l’étroit dans les 23 hectares de son territoire, et la campagne, où les chouans ont l’appui de la population.

Malgré l’arrivée du TIV (tramway d’Ille-et-Vilaine) en 1901, la ville va végéter tandis que la campagne est frappée par l’exode rural. En 1968, la population totale est de 1 637 âmes ; lors de la fusion avec Bazouges et Saint-Symphorien en 1973, le nombre d’habitants est tombé à 1 489. Une légère reprise se dessine depuis, avec la construction de maisons neuves dans les trois agglomérations de la commune, et de lotissements.

Le lavoir et la vallée des vieux moulins sur la commune d'Hédé-Bazouges au début des années 1900.
Le lavoir et la vallée des vieux moulins sur la commune d’Hédé-Bazouges au début des années 1900.

Situation géographique

Catégories : Non classé