Machecoul-Saint-Même est une commune nouvelle du département de Loire-Atlantique. Elle se situe en Pays Nantais dans le Pays de Retz. Elle se trouve à 40 km au sud-ouest de Nantes.

Mise à jour le 07/09/2022.

Des informations sur Machecoul-Saint-Même

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Nantes
Canton : Machecoul-Saint-Même
Intercommunalité : CC Sud Retz Atlantique

Pays historique
: Le Pays Nantais
Pays traditionnel : Le Pays de Retz

Gentilé
: machecoulais, machecoulaises
Population : 7 581 hab. (2019)
Densité : 89 hab./km²
Superficie : 84,89 km²

Adresse de la mairie
: 5, place de l’Auditoire, 44270 Machecoul-Saint-Même
Site internet : www.machecoul-saint-meme.fr

Communes limitrophes : Villeneuve-en-Retz – Sainte-PazanneSaint-Marc-de-Coutais – Saint-Lumine-de-Coutais – Saint-Philbert-de-Grand-LieuLa MarnePaulx

Toponymie de Machecoul-Saint-Même

Machecoul-Saint-Même est une commune nouvelle du département de Loire-Atlantique. Elle regroupe depuis le 1er janvier 2016 les anciennes communes de Machecoul et Saint-Même-le-Tenu

Toponymie de Machecoul

L’origine du nom vient de mâchicoulis, élément d’architecture guerrière du château, ou du col de la Marche.

En breton, la commune se nomme Machikoul.

Toponymie de Saint-Même-le-Tenu

L’origine du nom vient de saint Mesmin et du fleuve Taunacus, le Tenu

En breton, la commune se nomme Sant-Masen-ar-Porzh.

Histoire des communes de Machecoul-Saint-Même

Histoire de Machecoul

Les premières traces de peuplement ont été trouvées dans la zone des Prises et datent d’au moins 2000 ans av. J.-C. Elles concernent une tribu néolithique de chasseurs, éleveurs et pêcheurs qui vivait au bord d’une lagune.

Machecoul est un port bien protégé au fond de la baie de Bourgneuf, fréquenté par les galères romaines. Naturellement défendu par une zone de marais, Machecoul, qui s’appelle encore Oppidum Sancte Crucis, devient une place forte clef dans la protections des Marches : le seigneur de Sainte-Croix est alors prépondérant dans le comté d’Herbauges, puis dans le pays de Retz.

L’un de ces seigneurs est, au XVe siècle, Gilles de Rais, compagnon de Jeanne d’Arc et maréchal de France : il est condamné et brûlé vif en 1440 pour ses nombreux crimes sur des enfants et des adolescents.

Capitale du duché de Retz à partir de 1581, Machecoul est, pendant la Révolution, l’une des quatre agglomérations les plus importantes du département de Loire-Inférieure. Elle joue un rôle important dans la guerre de Vendée, elle est prise et reprise, et devient le chef-lieu d’un des districts révolutionnaires.

Elle sort de ces événements exsangue et ne retrouve plus son lustre de l’Ancien Régime, malgré le développement des foires et comices qui font sa renommée au XIXe siècle.

C’est actuellement une ville moyenne avec trois pôles d’activité : l’industrie, les cultures maraîchères et horticoles – la mâche machecoulaise et le muguet -, enfin l’enseignement et les services.

Le château des Boisselées sur la commune de Machecoul-Saint-Même dans les années 1900.
Le château des Boisselées sur la commune de Machecoul-Saint-Même dans les années 1900.

Histoire de Saint-Même-le-Tenu

La fondation de Saint-Même-le-Tenu est liée à la rivière qui lui donne partiellement son nom. Dès l’époque romaine, le haut Tenu est un lieu de concentration pour les marchandises : chaux, bois ou sel. Le port s’appelait alors Portus Vitraria.

Les moines du monastère de Micy, Saint-Mesmin-de-Micy, y construisent une église et un prieuré au VIIIe siècle, et la bourgade prend le nom du saint protecteur de l’église : saint Mesmin. Le nom de saint Même se généralise à partir du XIe siècle.

L’activité fluviale y est importante et le reste jusqu’au début du XXe siècle. L’agrément des rives du Tenu multiplie, au XVIIIe siècle, l’installation de résidences de campagne de la bourgeoisie nantaise. Beaucoup de ces propriétaires se rallient d’emblée aux idées révolutionnaires et font partie des premiers administrateurs du district.

Saint-Même n’a plus que 400 habitants au début de l’Empire. Le XIXe siècle lui est favorable, le village construit une nouvelle église avant toutes les autres paroisses du canton. En 1900, elle a plus de 1000 habitants.

Puis un lent déclin s’amorce jusqu’en 1975 où la population n’atteint plus que 631 personnes. La commune connaît depuis un sursaut. L’activité actuelle de Saint-Même-le-Tenu est essentiellement agricole.

Situation géographique

Catégories : CommunesLoire-Atlantique