Malansac est une commune du département du Morbihan. Elle se trouve en Pays Vannetais dans le Pays de Redon. Elle se situe à 41km à l’est de la ville de Vannes.

Des informations sur Malansac

Département : Morbihan
Arrondissement : Vannes
Canton : Questembert
Intercommunalité : Questembert Communauté

Pays historique
: Le Pays Vannetais
Pays traditionnel : Le Pays de Redon

Gentillé : Malansacais, Malansacaises
Population : 2 202 hab. (2017)
Densité : 61 hab./km²
Superficie : 36,18 km²

Adresse de la mairie : 4 Rue du Puits de Bas, 56220 Malansac
Site internet : www.malansac.fr

Communes limitrophes : PluherlinRochefort-en-TerreSaint-GravéPeillacSaint-Jacut-les-PinsCadenLimerzelQuestembert

Toponymie de Malansac

L’origine du nom vient d’un nom gallo-romain Mallentiacus, « domaine de la famille Mallentius ».

En breton, la commune se nomme Malañseg.

Histoire de la commune de Malansac

Quelques monuments mégalithiques ruinés – tuiles et briques – attestent de l’occupation ancienne des landes. Dès 847, le cartulaire de Redon mentionne Malansac que l’on retrouve en 854, puis à plusieurs reprises au XIe siècle.

Les donations de terres et de biens à l’abbaye bénédictine de Redon ne semblent pas avoir perduré puisqu’on en perd très tôt la trace. Cependant, trois autres établissements religieux sont fondés sur la paroisse : l’aumônerie des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, mentionnée par le duc Conan IV en 1160 ; le prieuré de la Madeleine de la Montjoie ou de la Mongée, fondé par les seigneurs de Rochefort en faveur de l’abbaye de Marmoutier ; enfin, le couvent des Cordeliers, sur la lande de Bodélio, fondé au XVe siècle par Jean III de Rieux-Rochefort. Seule la chapelle Saint-Jean, au village de l’Hôpital, subsiste de ces implantations religieuses tandis que le château de la Grationnaye témoigne de l’implantation de la noblesse qui marque l’histoire de Malansac depuis le XVe siècle.

La paroisse devient commune en 1790 et intègre le canton de Rochefort en 1801. De la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle, hormis l’agriculture, c’est la poterie qui donne au village sa notoriété : la présence d’argile engendre une petite industrie qui fournit entre autres choses des grosses pièces telles que charniers ou pannes, c’est-à-dire des bacs à lessive. Cette communauté artisanale, victime de la concurrence du grès et de la tôle émaillée, cesse définitivement ses productions au début du XXe siècle.

Le calvaire de Malansac au début des années 1900.
Le calvaire de Malansac au début des années 1900.

Situation géographique de Malansac

Catégories : Non classé