Corps-Nuds est une commune du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se trouve en Pays Rennais dans le Pays de Rennes. Elle se situe à 19 km au sud de la ville de Rennes.

Des informations sur Corps-Nuds

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Rennes
Canton : Janzé
Intercommunalité : Rennes Métropole

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Pays de Rennes

Gentilé : Cornusiens, Cornusiennes
Population : 3 369 hab. (2018)
Densité : 149 hab./km²
Superficie : 22,56 km²

Adresse de la mairie : 31 rue des Trois Marie, 35150 Corps-Nuds
Site internet : www.ville-de-corps-nuds.fr

Communes limitrophes : Saint-ArmelNouvoitouAmanlisJanzéBrieChanteloupBourgbarré

Toponymie de Corps-Nuds

L’origine du nom vient de la peuplade gauloise des Carnutes.

En breton, la commune se nomme Kornuz.

Histoire de la commune de Corps-Nuds

Le site de Corps-Nuds est déjà occupé à l’époque gallo-romaine. Le territoire de la commune est en effet traversé par au moins deux voies romaines. Par ailleurs, le château du Châtellier indique par son nom l’existence d’un fortin gallo-romain, et il subsiste des traces de plusieurs fermes de cette époque.
La première mention écrite est due à Grégoire de Tours, qui raconte que le comte de Vannes, Warroch, ravage le pays de Rennes en 579 et s’avance contre les francs jusqu’à la paroisse de Corps-Nuds, dont la première forme aurait été Cornut ou Cornuz. La découverte dans le bourg en 1913 de tombeaux en calcaire coquillier témoigne de cette époque.
Calixte III, pape de 1455 à 1458, mentionne Corps-Nuds comme faisant partie des seize paroisses principales et anciennes du diocèse. L’époque féodale est marquée par la présence dans le bourg d’un château entre l’église et le village du Fresche, qui tombe en ruine au début du XVIe siècle, époque à laquelle Macette de Cornus, dernière héritière de cette famille, épouse Guillaume du Châtelier, réunissant ainsi les deux fiefs.
Le château du Châtellier, fortifié à partir du XIVe siècle, est saccagé en 1592 pendant les troubles de la Ligue. À partir de 1632, Pierre II du Chastellier construit un logis à l’architecture classique en conservant ses tours et ses douves médiévales. Au XVIIe siècle, la localité est parfois dénommée Cornut-les-Tois-Marie ou Corps-Nuds-les-Tois-Marie.
Pendant la Révolution, de 1790 à 1795, Corps-Nuds devient chef-lieu d’un canton qui regroupe Borgbarré, Orgères, Saint-Erblon et Saint-Armel. En 1794, Joseph Crosson, vicaire réfractaire de Corps-Nuds qui demeurait caché dans la région, est dénoncé et guillotiné à Rennes, ainsi que cinq de ses paroissiens.
Au XIXe siècle, et jusqu’au début du XXe siècle, la commune jouit d’une activité marchande importante, grâce à ses foires et marchés et à la culture du lin dont elle fait les toiles pour l’armée. Celle-ci est favorisée en 1880 par l’arrivée du chemin de fer ; mais l’activité économique principale de la commune reste l’agriculture.

La place du bourg de Corps-Nuds au début des années 1900.
La place du bourg de Corps-Nuds au début des années 1900.

Blason de la commune de Corps-Nuds

Blason de la commune de Corps-Nuds.
Blason de la commune de Corps-Nuds.

Description
De gueules à un dextrochère armé d’argent, mouvant de senestre, tenant un coq d’or, au chef d’argent chargé de 3 roses d’azur boutonnées d’or.
Source : wikipedia.org











Situation géographique

Catégories : Non classé