Piré-Chancé est une commune nouvelle du département d’Ille-et-Vilaine. Elle se situe en Pays Rennais dans le Guerchais. Elle se trouve à 25km au sud-est de la ville de Rennes.

Mise à jour le 07/09/2022.

Des informations sur Piré-Chancé

Département : Ille-et-Vilaine
Arrondissement : Rennes
Canton : Châteaugiron
Intercommunalité : Châteaugiron Communauté

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Guerchais

Gentilé
: NC
Population : 3 031 hab. (2019)
Densité : 73 hab./km²
Superficie : 41,56 km²

Adresse de la mairie
: 8 Rue de Vitré, 35150 Piré-Chancé
Site internet : www.pire-sur-seiche.fr

Communes limitrophes : ChâteaugironDomagnéLouvigné-de-BaisBaisMoulinsBoistrudanEsséJanzéAmanlis

Toponymie de Piré-Chancé

Piré-Chancé est une commune nouvelle crée le 1er janvier 2019. elle se compose des anciennes communes de Piré-sur-Seiche et Chancé.

Toponymie de Piré-sur-Seiche

L’origine du nom vient du latin piriacum, « lieu planté de poiriers », ou de l’anthroponyme romain Pirrius et du suffixe -acum.

En breton, la commune se nomme Pereg.

Toponymie de Chancé

L’origine du nom vient sans doute de l’anthroponyme gaulois Cantius et du suffixe -acos ou -acum.

En breton, la commune se nomme Kantieg.

Histoire des communes de Piré-Chancé

Histoire de Piré-sur-Seiche

Des recherches ont mis à jour les vestiges d’une voie romaine près de la ferme des Grand-Champs et un minerai de fer avec divers objets à La Bénéfrière ou Belfrière – lieu où il y a du fer – remontant au IIe siècle.
Au Bois-Labeau, au confluent de la Seiche et de la Quincampoix, se trouve une motte de terre protégée par les deux cours d’eau, précédée d’une cour qu’entourent un fossé et un talus : des pièces de poterie font dater ces vestiges de 781-987. Vers 1860, deux épées gauloises en bronze sont mises au jour dans ces lieux.
Les premiers habitants sont relevés à partir du XIe siècle. La commune dénommée Piriacum dès 1040, est rebaptisée Pireum en 1197. En 1432, les Anglais chassent les habitants du château, les Bonenfant, et l’incendient. La localité devient Piré en 1507 et Piré-sur-Seiche en 1920.
Située dans le bassin de Rennes, à 24 kilomètres de cette ville et à 21 kilomètres de Vitré, cette commune à la terre fertile a pour principale activité l’agriculture.

Histoire de Chancé

À La Violetterie et à La Landelle subsistent des traces de fermes gauloises tandis qu’à La Grand-Boue et à La Sablonnière, de nombreux tessons, briques et tuiles évoquent l’époque gallo-romaine.
La paroisse de la localité existe déjà en 1107, date à laquelle Hugues de Saint-Germain, seigneur de Saint-Germain-du-Pinel, et Rainier, son frère, font dont de l’église de Chancé à l’abbaye de la Roë. Le prieuré-cure, tombé en commende à la fin du Moyen Âge, est administré aux XVIe et XVIIe siècles par des prêtre séculiers avant d’être repris, au XVIIe siècle , par l’abbaye de la Roë.
La principale seigneurie de la paroisse, Changé, avait un droit de haute justice tandis que le manoir de Servigné, désormais disparu, était le siège d’une moyenne justice. Comprise dans le canton de Piré et le district de La Guerche-de-Bretagne en 1790, la petite commune rurale est rattachée au canton de Châteaugiron en l’an X (1801), tout en étant séparée de lui géographiquement.

Situation géographique

Catégories : CommunesIlle-et-Vilaine