Guémené-Penfao est une commune du département de Loire-Atlantique. Elle se trouve en Pays Rennais dans le Pays de Redon. Elle se situe à 38 km à l’ouest de la ville de Châteaubriant.

Des informations sur Guémené-Penfao

Département : Loire-Atlantique
Arrondissement : Châteaubriant-Ancenis
Canton : Guémené-Penfao
Intercommunalité : Redon Agglomération

Pays historique
: Le Pays Rennais
Pays traditionnel : Le Pays de Redon

Gentilé : Guémenéens, Guémenéennes
Population : 5 207 hab. (2018)
Densité : 49 hab./km²
Superficie : 105,41km²

Adresse de la mairie : 22 place de l’Hôtel de ville , 44290 Guémené-Penfao
Site internet : www.mairie-guemene-penfao.fr

Communes limitrophes : MasséracLa Chapelle-de-BrainLangonPierricConquereuilMarsac-sur-DonLe GâvrePlesséAvessac

Toponymie de Guémené-Penfao

L’origine du nom vient du breton gwen, « blanc », et de menez, « colline » ; de pen, « extremité », « lisière », et de faou, hêtre.

En breton, la commune se nomme Gwenvenez-Penfaou.

Histoire de la commune de Guémené-Penfao

Guémené-Penfao est une commune très étendue qui regroupe quatre villages à l’origine autonomes : Guémené et Penfao, réunis en 1633 par Henri de Bourbon, prince de Condé, et Beslé et Guénouvry, rattachés à la commune après la Seconde Guerre mondiale.

Les plus anciens vestiges retrouvés sur le territoire de Guémené-Penfao sont les ruines d’un petit camp romain situés au lieu-dit Camargois, au sud de la route de Redon. L’ancienne voie romaine menant de Rennes à Nantes traverse Beslé ; c’est là que César passe, à la tête de ses légions, pour aller réduire les Namnètes révoltés.

Du VI e au IX e siècle, Guémené fait partie de la zone de conquête et d’occupation des bretons d’outre-Manche. Après la victoire de Nominoë en 846, le site passe aux mains des comtes de Nantes jusqu’au XI e siècle. Le fief de Guémené est alors intégré aux régaires des puissants évêques de Nantes jusqu’au XIII e siècle.

La seigneurie entre ensuite en possession des sires de Derval. Deux autres familles nobles résident à Guémené, les Bruc et les Becdelièvre. L’abbaye est occupée par les moines de Saint-Clément, venus de Ploërmel ; ils bâtissent un hôpital dans le village et fondent une léproserie.

Après 1540, la seigneurie de Guémené passe aux mains des ducs de Montmorency, puis revient aux princes de Condé en 1634, qui la rattachent à la localité de Penfao, située à l’époque à la lisière d’une petite forêt de hêtre aujourd’hui disparue. Beslé est alors une des treize frairies de la paroisse de Guémené. Ce bourg, placé sur un important axe de transit au bord de la Vilaine, accède une première fois au rang de paroisse autonome, mais une épidémie de peste décime sa population à la fin du XVIII e siècle, et Beslé retourne au statut de simple trève.

En 1830, le fief de Guémené est acquis par le duc d’Aumale, Henri d’Orléans, qui, quelques années plus tard, le 16 mai 1843, brise la résistance algérienne en enlevant la smala d’Abd el-Kader. Le XIX e siècle est propice à la commune : les travaux de canalisation de la Vilaine stimulent le commerce fluvial et Beslé passe définitivement au rang de paroisse le 27 août 1846.

Mais les deux guerres mondiales éprouvent durement les quatre localités ; Beslé fut notamment à partir de 1940 l’un des centres actifs de la résistance bretonne.

Le château de Juzet sur la commune de Guémené-Penfao dans les années 1900.
Le château de Juzet sur la commune de Guémené-Penfao dans les années 1900.

Blason de la commune de Guémené-Penfao

Blason de la commune de Guémené-Penfao.
Blason de la commune de Guémené-Penfao.

Description
Parti : au premier, de gueules à la croix tréflée d’or ; au second, d’azur à un arbre arraché d’argent ; au chef d’hermine.
Source : wikipedia.org











Situation géographique

Catégories : Non classé