Carentoir est une commune nouvelle du département du Morbihan. Elle se trouve en Pays Vannetais. Elle est composée des anciennes communes de Carentoir et de Quelneuc.

Mise à jour le 24/10/2022.

Des informations sur Carentoir

Département : Morbihan
Arrondissement : Vannes
Canton : Guer
Intercommunalité : De l’Oust à Brocélainde Communauté

Pays historique
: Le Vannetais
Pays traditionnel : Le Vannetais Gallo

Gentilé : Carentoriens, Carentoriennes
Population : 3 074 hab. ( 2019) – 3 165 hab. (2017)
Densité : 42 hab./km²
Superficie : 72,87 km²

Adresse de la mairie : 1 Boulevard Gicquel, 56910 Carentoir
Site internet : www.carentoir.com

Communes limitrophes : MonteneufGuerComblessacLes BrulaisVal d’AnastSaint-SéglinBruc-sur-AffSixt-sur-AffLa GacillySaint-Nicolas-du-TertreTréalRéminiac

Quelques cartes
Carte de la Bretagne Carte du département du Morbihan (56) en Bretagne. Carte du pays historique du Vannetais en Bretagne.
fleche verte Voir toutes les cartes.

Toponymie de Carentoir

Les formes les plus anciennes du nom, Carantoer en 826, permettent d’y reconnaître un nom d’homme vieux-breton formé selon l’usage de deux éléments : carant, « aimant », « aimable » et oer, sans doute du celtique ogros, « froid ». L’étymologie traditionnelle par Kêr an toer, « la ville du couvreur », est fantaisiste.

En breton, la commune se nomme Karantoer.

Toponymie de Quelneuc

L’origine du nom vient du breton kelenneug, aujourd’hui kelenneg, « la houssaie », « lieu planté de houx ».

En breton, la commune se nomme Kelenneg.

Histoire de la commune de Carentoir

Les menhirs présents sur le territoire témoignent de l’occupation néolithique (Ve millénaire av. J.-C.), bien antérieure à celle des Celtes (Ve siècle av J.-C.). La présence romaine est matérialisée par des restes de voies et d’un important camp à Marsac et au Mur.

L’érection de la paroisse de Carentoir remonterait au milieu du Ve siècle, mais son étendue et sa puissance ne suffisent pas à la protéger de l’émigration bretonne au VIe siècle. Dès cette époque, le saint patron de la paroisse est saint Marcoul, moine normand fondateur du monastère de Nanteuil, près de Coutance, venu prêcher en Bretagne. S’étant vu refuser l’hospitalité au château de la Ballue, Marcoul prédit que le château finira englouti, ce qui arrive. Poursuivant son chemin, il trouve l’hospitalité chez un pauvre couvreur, auquel il prédit que sa maison deviendra le centre d’un important village. Ainsi naît Ker en Toer, à la fin du VIe siècle, gouverné par un chef temporel, le Machtiern.

Avant le IXe siècle, Carentoir, chef lieu de doyenné, regroupe neuf paroisses. Bien avant le XIIe siècle, Carentoir est divisé en trèves et frairies, parmi lesquelles La Chapelle-Gaceline, La Gacilly, Quelneuc, La Haute-Bouëxière et Le Temple. Au fil des siècles, manoirs et châteaux, églises et chapelles se multiplient.

Le lieu-dit Le Temple connaît un essor exceptionnel avec la première préceptorerie du Morbihan fondée par les templiers. Après l’extermination des « moines rouges » en 1307, les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem assurent le relève jusqu’en 1798. Durant la Révolution, la paroisse connaît d’importants combats entre les chouans et les républicains, elle est érigée en commune en 1790.

Le château de La Bourdonnais sur la commune de Carrentoir au début des années 1900.
Le château de La Bourdonnais sur la commune de Carrentoir au début des années 1900.

Histoire de la commune de Quelneuc

Le passé de la commune de Quelneuc, occupé tour à tour par les Celtes et les Romains, se confond avec Carentoir dont elle est le trève. Carentoir possède plusieurs seigneuries à l’époque féodale, dont celle de La Ville-Quéno qui a droit de haute, moyenne et basse justice. Il appartient successivement aux Couppu, Raguen